Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Oct 2017 | Profession
 

Après la démission de Xavier Hürstel du PMU (voir Lmdt du 21 septembre) et dans la perspective de l’ouverture du capital de la FDJ (voir Lmdt du 9 octobre), les messages se croisent et s’entrecroisent sur le « Monopoly » des jeux en France : à savoir une réorganisation générale du secteur des jeux dans notre pays.

Un exemple ? Ce billet paru dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Challenges. Nous en reprenons l’essentiel.

•• « Un fin connaisseur du dossier nous explique que le PMU est au bout de son modèle économique, avec des actionnaires passifs comme France-Galop, qui sont dans une situation financière délicate. Comme la FDJ, le PMU va souffrir de son réseau (tabac et presse) en constante attrition.

•• « Cet observateur engagé considère que le Gouvernement devrait rebattre totalement les cartes en nationalisant le PMU – au lieu de privatiser la FDJ ! – pour créer un opérateur de paris (hippiques et sportifs) d’un côté et un opérateur de loterie de l’autre, avec d’énormes économies d’échelle et un réseau largement mutualisé.

« Après quoi seulement pourra-t-on envisager une introduction en Bourse. Au lieu de cela, la privatisation bâclée de la FDJ peut à la fois dérégler la politique de jeu et entraîner une crise profonde des courses. »