Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Sep 2017 | Associations
 

Jamais contents. 

Dans un communiqué, Droit des Non-Fumeurs accueille comme « un plan ambitieux, enfin », le choix du gouvernement « d’une hausse forte de la taxation du tabac, afin d’arriver à une augmentation des prix, dans le but d’endiguer l’épidémie du tabagisme en France » (voir Lmdt des 28 et 29 septembre). Avant d’y apporter une première analyse. 

Cependant l’association ne manque d’y ajouter les petites piques habituelles, du genre « on aurait pu taper plus fort » et la hausse du prix du tabac n’est pas le seul levier.

Au fait, on n’entend plus beaucoup parler du paquet neutre. Extraits.

•• (…) Face à ce fléau de santé publique et à ce coût démesuré pour les comptes sociaux, il était plus que temps d’agir et d’utiliser la taxation pour faire pression à la hausse sur les prix (…) La semaine dernière, nous avions déjà pu apprécier l’objectif ambitieux de hausse, révélé dans un communiqué de presse commun d’Agnès Buzyn et de Gérald Darmanin (voir Lmdt du 20 septembre). (…) c’est la publication au JO d’un arrêté du 22 septembre, signé des mêmes deux ministres, qui réalisait, avant même l’objectif indiqué ci-dessus, une première étape sur ce terrain de la fiscalité du tabac (voir Lmdt du 27 septembre).

•• En augmentant le minimum de perception à 231 euros pour 1000 cigarettes, le seuil de prix en dessous duquel le paquet de 20 cigarettes manufacturées ne devrait plus pouvoir descendre sans entraîner une décrue accélérée du revenu des fabricants passerait de 6,49 euros à 7,33 euros. 

•• Pour le tabac à rouler l’évolution du minimum de perception (177 euros pour 1000 grammes) se traduit par l’augmentation en trompe-l’œil de 17 % du seuil du minimum de perception. Pour l’équivalent en poids d’un paquet de cigarettes manufacturées, ce seuil passe de 3,97 euros à 4,65 euros (+0,68 euros) et n’aura pas d’influence sur une partie non négligeable des références qui se situent déjà au-dessus de 4,65 euros. Sur ce dernier point, il faudra veiller à ce que l’écart de prix entre cigarettes roulées et cigarettes manufacturées diminuent, sous peine de report de consommation.

•• La présentation du PLFSS 2018 (voir Lmdt des 28 et 29 septembre) devrait confirmer ces éléments et notamment la première augmentation annoncée la semaine dernière des droits d’accise sur le tabac. Il semble aussi que le Gouvernement est décidé à aligner la fiscalité du tabac en Corse sur celle du continent. DNF n’avait cessé de plaider pour cette mesure, d’autant plus que nous étions en infraction au regard du droit de l’Union européenne (…)

•• Même si ces augmentations auraient pu être plus fortes et plus rapides, elles restent conformes aux annonces du Président lors de sa campagne. Nous saluons cette fidélité à ce qu’il avait promis, ainsi que la détermination d’Agnès Buzyn dont nous connaissons le rôle décisif dans ces annonces importantes pour la lutte contre le tabagisme en France. »