Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Oct 2015 | Pression normative
 

Linéaire paquet neutreRebonds des médias, ce vendredi 23 octobre, focalisés, à première vue, sur le rejet de toute hausse des prix du tabac par l’Assemblée nationale.
À première vue, puisque le vrai débat de fond retenu c’est le paquet neutre « sur lequel le gouvernement préfère se concentrer pour lutter contre le tabagisme ».

Outre la reprise des phrases-clés des protagonistes (voir Lmdt du 22 octobre 1 / 2 / 3 / 4 et de ce jour), chacun y va de son petit commentaire. Sans oublier la piqure de rappel de la journée d’action des buralistes du 2 novembre (voir Lmdt de ce jour). Exemples.

• Les Échos : « Ce n’est pas encore pour cette fois » (la hausse du prix) ; « la majorité a été rappelée à l’ordre par le gouvernement, qui a un impératif : défendre le paquet neutre, la mesure phare du programme national de réduction du tabagisme, qui ne fait déjà pas l’unanimité chez les socialistes ».

• L’Opinion : « L’arbitrage gouvernemental a fait une première victime : la rapporteure pour le budget de l’assurance-maladie, Michèle Delaunay » ; « Derrière ces invectives s’est en réalité jouée une bataille plus feutrée en coulisse. Plusieurs députés ont soutenu la hausse de la fiscalité pour obtenir la mort du paquet neutre, décrypte le chef de file des socialistes sur les questions budgétaires à l’Assemblée, Dominique Lefebvre » ; « la fin du suspens sur la hausse de la fiscalité du tabac aura un autre effet collatéral : il mettra un terme au dépôt de la kyrielle d’amendements dépensiers, tous gagés sur une hausse du paquet de cigarettes ».

• Le Journal de la Haute-Marne : « Dans l’hémicycle, les buralistes ont reçu le soutien de la droite, Bernard Accoyer (Les Républicains) dénonçant à nouveau cette mesure, qui risque, a-t-il dit, d’alimenter la contrebande. Mais sur le paquet neutre, la ligne du gouvernement est de tenir, même si certains poids lourds, inquiets de la mobilisation des buralistes, sont quelque peu réticents ».

• Seul Corse Matin reste axé sur la seule hausse des prix en Corse avec les arguments contre de Camille de Rocca Serra (député LR Corse-du-Sud) : « Il y a trois raisons pour s’opposer à ces amendements. La première est que la Corse comprend une unité de fabrication et deux de distribution, ainsi qu’un réseau de buralistes importants. La filière représente 1 500 emplois directs et indirects. Il y a donc un enjeu économique. Deuxièmement, le marché touristique y est pour beaucoup puisque les ventes réalisées durant la saison estivale correspondent à 70 % des 180 millions de chiffre d’affaires annuel. Et enfin, la Corse recouvre les droits indirects sur le tabac, qui est une ressource capitale pour la CTC. Elle s’élève cette année à 64 millions d’euros. Une hausse du prix du tabac générerait une perte annuelle de 15 à 20 millions d’euros de recettes fiscales pour la Corse ».

• Avec l’avis remonté des fumeurs sur le site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables » (en lien).