Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Fév 2021 | Vapotage
 

L’Independent European Vape Alliance (IEVA) salue et soutient le « EU Beating Cancer Plan » présenté par la Commission européenne (voir 4 février). Ce plan est extrêmement important pour réduire de manière significative le nombre de décès liés au cancer.

Toutefois, selon cette association européenne réunissant acteurs et professionnels de la vape, la nouvelle stratégie de l’UE néglige un aspect important de la santé publique : la réduction des risques. Nous reprenons l’essentiel de son communiqué.

•• « La consommation de tabac reste la première cause de cancer évitable, 27 % de tous les cancers étant attribués à la consommation de tabac. En éliminant la consommation de tabac, neuf cas de cancer du poumon sur dix pourraient être évités (…)

Il est donc plus important que jamais d’utiliser tous les moyens à notre disposition pour réduire le taux de tabagisme. La réduction des dommages causés par le tabac est considérée comme une très bonne occasion de réduire sensiblement le nombre de fumeurs. C’est pourquoi elle doit être incluse dans un plan européen de lutte contre le cancer (…)

•• « En matière de sevrage tabagique, la Commission européenne se concentre une fois de plus sur l’approche « arrêter ou mourir » au lieu de créer une politique réaliste de lutte contre la dépendance », déclare le professeur Heino Stöver de l’Institut allemand de recherche sur les dépendances de l’Université des sciences appliquées de Francfort.

En outre : « La Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande et le Canada font de la cigarette électronique un outil essentiel dans la lutte contre le tabagisme et ont montré qu’elle était très efficace ».

•• En adoptant la réduction des risques, le Royaume-Uni fait preuve d’une stratégie meilleure et plus efficace pour diminuer le nombre de fumeurs. Grâce à une large sensibilisation aux alternatives de réduction des risques, la politique de santé britannique a permis de réduire considérablement le taux de tabagisme en quelques années. En 2011, 20 % des Britanniques fumaient encore, en 2019, ce taux était d’environ 14 %. 

En 2018, l’agence gouvernementale Public Health England (PHE) a publié un rapport rassemblant des données sur les cigarettes électroniques.

Selon le PHE, les vapoteurs présentent un risque de cancer 99,5 % inférieur à celui des fumeurs. Globalement, PHE estime que les cigarettes électroniques sont au moins 95 % moins nocives que les cigarettes.

•• Dustin Dahlmann, président de l’IEVA : « Nous saluons le plan de l’UE pour vaincre le cancer. Cette stratégie doit prendre en compte tous les moyens disponibles pour réduire la charge des risques liés au cancer : Il est de la plus haute importance que les mesures préventives soient accompagnées d’une réduction des dommages causés par le tabac. Sinon, des millions de fumeurs pourraient manquer cette opportunité de réduire considérablement leur risque de cancer ».