Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Fév 2021 | Profession
 

Suite à la présentation de la stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030 d’hier (voir 4 février), Seita (Imperial Tobacco) « prend acte et s’étonne que la vape, choix numéro 1 des fumeurs français pour quitter la cigarette, soit passée sous silence ».

Voici son communiqué dans son intégralité.

Propriétaire des marques Gauloises, Gitanes, News ou Fortuna, Seita Imperial Brands a été le premier industriel du tabac à distribuer un système de vape fermé en France, myblu. L’entreprise s’étonne de l’absence de position forte en faveur de la vape, pourtant choix n°1 des fumeurs français dans l’arrêt du tabac1, dans la Stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021-2030. 

•• Quelques éléments chiffrés en préambule

Malgré la mise en place d’un plan stratégique 2017-2020 amenant le prix moyen d’un paquet de 20 cigarettes à 10 euros (+50 % entre 2017 et 2020), l’impact sur le nombre de fumeurs semble modéré, faisant passer la prévalence tabagique de 32 % en 2017 à 30,2 % en 2019, selon le Baromètre Santé Publique France. On compte ainsi toujours plus de 12 millions de fumeurs quotidiens en France.

Pour rappel, le taux de prévalence tabagique des pays frontaliers à la France est de 17 % pour la Belgique, 19 % pour le Luxembourg, 23 % pour l’Allemagne, 24 % pour l’Italie et 26 % pour l’Espagne, pour un prix moyen par paquet de cigarettes de 5,50 euros.

La hausse des ventes constatée dans le réseau des buralistes français durant la période du premier confinement – 23,7% en avril 2020 – a d’ailleurs démontré que de nombreux consommateurs privilégiaient, lorsque la situation le permettait, les achats frontaliers ou illicites pour s’approvisionner.

Une stratégie de lutte contre la prévalence tabagique basée essentiellement sur la hausse des taxes montre ainsi ses limites.

•• La vape, grande absente de la Stratégie décennale 2021-2030

Si les campagnes de sensibilisation contre le tabagisme peuvent être efficaces auprès des générations les plus jeunes et permettre d’atteindre la 1ère génération sans tabac en 2030, cette stratégie semble oublier les plus de 12 millions de fumeurs français actuels.

Alors que la vape est le choix n° 1 des fumeurs dans l’arrêt du tabac, elle ne figure pas dans les annonces faites à l’occasion de la publication de la Stratégie décennale 2021-2030.

Cependant, il a également été démontré par le Professeur Peter Hajek dans le New England Journal of Medecine qu’elle était 2 fois plus efficace pour quitter la cigarette, tout en étant 95 % moins nocive que les produits du tabac, selon les études menées par Public Health England depuis 2015 et actualisées chaque année. 

•• S’inspirer des stratégies à l’international

En 2015, le Royaume-Uni a missionné Public Health England, équivalent à Santé Publique France, pour réaliser l’une des premières méta analyse sur l’impact de la vape sur la santé. Cette analyse de dizaines d’études rappelle chaque année que la vape est 95% moins nocive que les produits du tabac.

Au Royaume-Uni, l’État et les ONG mènent régulièrement des campagnes de sensibilisation à la vape comme outil de sevrage au tabac. Le Gouvernement a également exclu la vape de sa législation anti-tabac

En se positionnant clairement pour une stratégie de réduction des risques, le Royaume-Uni a ainsi fait baisser le taux de prévalence tabagique à 13,9 % de sa population. Il est à noter que 4,6 millions de britanniques vapent aujourd’hui.

•• Pour Cyril Lalo, Responsable des Affaires Publiques de Seita Imperial Brands : « Cette stratégie 2021-2030 est certes ambitieuse mais reprend de nombreux éléments de la stratégie 2017-2020 sur la réduction de la prévalence tabagique, qui n’a pas porté totalement ses fruits. Augmenter les taxes sur les produits du tabac n’est certainement pas la solution magique, sauf si l’on cherche à faire sortir les fumeurs français du réseau des buralistes pour les pousser hors du réseau légal. S’inspirer réellement des pays qui ont mené une stratégie de réduction des risques, comme le Royaume-Uni, pourrait, par contre, accélérer le passage des plus de 12 millions de fumeurs à une alternative moins nocive, la vape. »