Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Août 2019 | Pression normative
 

Bureaux, bars, restaurants … et désormais certains espaces à l’air libre comme les parcs et les plages. Depuis le début de l’été, il est interdit de fumer dans 52 jardins publics parisiens, mais également sur un certain nombre de plages comme, pour la première fois, deux plages à La Rochelle et trois autres à Marseille (voir Lmdt des 31 et 3 mai et 1er juin).

Fin 2018, 1 570 espaces publics sans tabac – dont 60 plages – étaient labellisés par la Ligue contre le Cancer à travers la France, dans 389 communes. Un chiffre en forte hausse. Et une dynamique portée par une adhésion forte de la population, selon Le Figaro qui fait le point, à sa manière, sur le sujet.

•• « On voit une évolution des mentalités de nos concitoyens » constate Olivier Guérin, adjoint à la Santé du maire de Nice, où la première plage sans tabac a été ouverte en 2012.

« Au début, c’était vécu comme une privation de liberté individuelle. Aujourd’hui, c’est entré dans les mœurs, comme pour l’interdiction dans les restaurants il y a dix ans. » (voir Lmdt des 16 mai 2012 et 16 avril 2016).

•• Mais pour ces ces communes, toujours plus nombreuses, l’objectif est double : lutter contre le tabagisme chez les plus jeunes mais aussi contre les jets de mégots. « J’ai pris ma décision l’an dernier quand j’ai vu ce qui sortait de la cribleuse (qui nettoie la plage, ndlr) » raconte Ferdinand Bernhard, le maire de Sanary-sur-Mer (Var), « et avec le temps, on supporte de moins en moins l’odeur de la cigarette. »

« Ce qui nous intéresse, ce sont les lieux fréquentés par des enfants » ajoute Yana Dimitrova, chargée de mission prévention à la Ligue contre le Cancer.

•• Pour accélérer les conversions, l’association a obtenu une subvention du Fonds de Lutte contre le Tabac, financé par l’industrie du tabac (voir Lmdt du 4 juin 2018). Objectif : 4 000 espaces labélisés d’ici à fin 2020. « 2019 sera sans doute notre meilleure année », précise Yana Dimitrova, « on a énormément d’appels en ce moment. »

« Une fois qu’un maire a accepté, il y a un effet d’entraînement », raconte Philippe Bergerot. Ce médecin a réussi à convaincre les villes du Pornichet et de Saint-Nazaire : « on va gagner une grande partie de la côte. Ça s’accélère ! » (voir Lmdt du 26 mai 2019 ).

•• La dynamique est d’autant plus positive – selon Le Figaro – que les retours des citoyens sont globalement bons.

À Paris, l’interdiction du tabac dans six parcs concernés par une expérimentation l’an passé « a satisfait les non-fumeurs, et les fumeurs acceptaient de sortir » précise Pénélope Komitès, l’adjointe chargée des espaces verts à la ville de Paris, qui a donc étendu la mesure à 46 squares et jardins supplémentaires début juin.

À Strasbourg, le tabac a été banni de l’ensemble des espaces verts depuis un an. « L’acceptation est bonne » se félicite Alexandre Feltz, l’adjoint santé de la ville, « et globalement, c’est plutôt bien respecté. »

À La Rochelle, le conseiller délégué à la santé se dit lui-même surpris de la bonne réception de l’arrêté, tant chez ses administrés qu’au niveau politique. Comme à Strasbourg, « le conseil municipal l’a voté à l’unanimité, il n’y a même pas eu de débat ! ». Fort de ce constat, Olivier Quod a fait interdire la cigarette aux abords des 43 écoles maternelles et primaires de la ville pour la rentrée 2019.

•• Reste une question en suspens : faut-il verbaliser tout de suite ?

Parmi les nombreuses municipalités interrogées par Le Figaro, seul Paris prévoit une contravention directe. « Il y a eu une phase de sensibilisation » dit Pénélope Komitès, « mais à partir d’un moment, c’est considéré comme une infraction. Les gens voient les affiches, quand même ! ».

À l’entrée du square d’Estienne-d’Orves, dans le IXe arrondissement de la capitale, un panneau est en effet visible : « Vous entrez dans un jardin sans tabac ». On y trouve quelques fumeurs, tranquillement assis sur des bancs. Pauline, 28 ans, ne râle pas : « on comprend, on fumera nos clopes ailleurs ». À ses côtés, Louis ajoute : « mais qu’on n’aille pas l’interdire dans la rue ! ».