Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Jan 2018 | Profession
 

L’Autorité de la concurrence a annoncé, ce mercredi 24 janvier, avoir réalisé des perquisitions et saisies chez des cigarettiers soupçonnés de pratiques anticoncurrentielles, les groupes British American Tobacco (BAT) et Seita ayant indiqué à l’AFP avoir été visés (voir Lmdt de ce jour).

BAT a confirmé auprès de l’AFP cette perquisition menée mardi dans leurs locaux.

Seita, filiale française du britannique Imperial Tobacco (groupe Imperial Brands) a également indiqué dans un message à l’AFP avoir reçu « une inspection inopinée de l’Autorité de la concurrence » mardi.

•• Une source proche du dossier a par ailleurs expliqué à l’AFP qu’« une douzaine de personnes de la brigade financière a débarqué mardi chez BAT, saisissant beaucoup de documents et posant des scellés, dans le cadre d’une enquête sur un soupçon d’entente sur les prix du tabac entre 2007 et 2012 ».

•• L’origine de l’enquête de l’Autorité de la concurrence n’était pas connue.

•• Parallèlement, en janvier 2015, le Comité national contre le tabagisme (CNCT) avait déposé plainte contre les fabricants de cigarettes Marlboro (Philip Morris), Camel (Japan Tobacco), Lucky Strike (British American Tobacco) et Gauloises (Imperial Tobacco-Seita) pour entente illicite sur les prix (voir Lmdt du 25 janvier 2015).

Le Comité national contre le tabagisme n’avait pas été autorisé à agir auprès de l’Autorité de la concurrence qui exige que les plaignants soient directement victimes du préjudice. D’où une action au pénal auprès du parquet financier.