Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Jan 2018 | Profession
 

Dans une deuxième dépêche, l’AFP revient sur les circonstances des perquisitions parmi des fabricants de tabac (voir Lmdt de ce jour). 

Extraits. 

•• L’Autorité de la concurrence a réalisé des perquisitions et saisies chez des cigarettiers soupçonnés de pratiques anticoncurrentielles, les enquêteurs visant British American Tobacco (BAT), Seita, Japan Tobacco International (JTI), Philip Morris et Logista.

L’Autorité s’est refusée à donner l’identité des entreprises visées. Mais BAT, Seita et JTI ont indiqué à l’AFP avoir reçu des « visites » des enquêteurs du gendarme de la concurrence, BAT précisant avoir été perquisitionné mardi.

•• Des associations de lutte contre le tabagisme soupçonnent depuis plusieurs années une entente entre les groupes. Ainsi en 2015 le Comité national contre le tabagisme (CNCT), association de lutte contre le tabagisme, avait déposé plainte contre les quatre fabricants de cigarettes pour entente illicite sur les prix (voir Lmdt des 26 et 25 janvier 2015).

Cette plainte avait été classée sans suite car le CNCT n’était « pas directement victime du préjudice », a expliqué à l’AFP son avocat Maître Pierre-Alexandre Kopp (photo). « Mais fin 2017, nous avons, avec l’Union des familles laïques (Ufal), qui est une association de consommateurs, déposé une nouvelle plainte, qui reprend la précédente », ajoute-t-il.

•• Entre temps, « en 2015 et 2016 », l’avocat explique avoir « pris attache avec l’Autorité de la concurrence pour signaler des agissements d’entente sur les prix ». Il affirme « que c’est l’accumulation d’une première, d’une deuxième plainte et de ces signalements qui peut entraîner l’action de l’Autorité de la concurrence ».

« Ces perquisitions sont en tous cas une excellente nouvelle », ajoute l’avocat qui espère que sa deuxième plainte avec l’association de consommateurs aboutira à l’ouverture d’une enquête pénale.