Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Avr 2021 | Trafic
 

Le 27 juillet dernier, un promeneur remarque cinq voitures à l’arrêt, non loin d’une carrière sur la commune d’Estagel (25 kilomètres de Perpignan). Il est intrigué par divers échanges suspects entre les passagers et prévient la police. 

À l’arrivée des forces de l’ordre, évidemment, tout ce petit monde avait disparu dans la nature. Mais dans une Audi A4 – stationnée, sans trace de passagers, neuf kilomètres plus loin – 458 cartouches de cigarettes de contrebande sont retrouvées.

•• Une Peugeot et une Renault, non loin de là, font également l’objet d’investigations. Un relevé de traces papillaires est effectué sur chaque véhicule mais il n’a permis aucune identification.

Pourtant, début avril, un jeune Algérien en situation irrégulière est interpellé, rapporte L’Indépendant … Et voilà que ses empreintes correspondent à celles relevées sur l’Audi et la Peugeot. Dans le téléphone du clandestin, des photos le montrent posant à côté des véhicules suspects. De plus, à l’époque des faits, son appareil a borné près de la carrière.

•• Le suspect s’entête pourtant à tout nier en bloc. Il « fait des marchés », payé au noir, en utilisant parfois ces voitures. Mais il n’a rien à voir dans un quelconque trafic de tabac.

Une négation de l’évidence qui a le don d’énerver la Procureure du tribunal correctionnel de Perpignan où il se retrouve en comparution immédiate. Elle réclame haut et fort 12 mois d’emprisonnement.

Le tribunal l’a condamné à 9 mois ferme pour contrebande de tabac. S’ensuit un interdit de territoire français pour trois années.