Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Mai 2018 | Profession
 

Badges, tee-shirts, boules à neige, masques en latex et peluches … Depuis la campagne présidentielle 2017, les produits à l’image d’Emmanuel Macron ont pris d’assaut les commerces et les e-shops.

Et le succès ne se démentirait pas, plus d’un an après l’élection. Enfin, presque …

•• C’est le fabricant Poupluche, spécialiste des poupées de sportifs célèbres, qui a lancé fin-2017 une peluche à l’effigie du Président de la République. Depuis, il s’en est vendu « des milliers », raconte son fondateur, Grégory Pays.

Au début, il ne la vendait que sur son site internet. Mais auprès de sa clientèle jeune et plutôt « branchée football », la « poupée » ne faisait pas vraiment mouche. Alors, le groupe a demandé à Presstalis de la livrer au réseau tabac-presse en « dépôt-vente ».

•• « On rigole beaucoup, mais on ne l’a pas vendue » raconte, dans un reportage de BFM TV du 13 mai, le buraliste du tabac-presse de Vers-Pont du Gard qui l’a reçue, il y a un peu plus d’un mois.

Même écho chez un buraliste des Pyrénées-Atlantiques, qui n’a pas trouvé preneur pour l’unique modèle qu’on lui a confié.

Pourtant, du côté de Poupluche, on se félicite d’être « à plus de 50% de taux d’écoulement ». Très loin, certes, derrière le 75% de ventes du joueur star du PSG Neymar, via le même canal. Reste que pour sa toute première peluche à l’effigie d’un politique, Poupluche est satisfait et envisage même « de faire Brigitte », indique Grégory Pays.

•• Cette tendance à utiliser l’image des politiques pour vendre, répandue depuis longtemps dans les pays anglo-saxons, a pris de l’ampleur en France avec la dernière présidentielle. Le grossiste en déguisements et produits de fêtes « P’tit Clown » a, de son côté, lancé pour la première fois en janvier 2017 une collection de masque en latex représentant les candidats à la présidentielle. Sa plus grosse vente, le Macron en latex évidemment. Si le pic des ventes – connu   pendant la campagne et le mois qui a suivi – s’est largement essoufflé, à chaque « buzz », comme lors de sa rencontre avec Donald Trump fin avril, la demande repart.

•• D’autres fabricants ont saisi l’opportunité.

• Sans demander d’autorisation pour utiliser l’image du président et avec des objets parfois déconcertants, et à la ressemblance toute relative avec le chef de l’État, comme ce buste repéré sur Etsy, vendu 35 euros, dont il ne reste plus qu’un exemplaire.

• Au Touquet, station balnéaire de la résidence secondaire des Macron, une boutique a vidé plusieurs fois ses stocks de tee-shirts et sweat « Le Touquet – City of president », entre l’été et la fin 2017. À des prix pourtant pas très accessibles : 39 euros le tee-shirt, 80 le sweat.

• Même engouement enregistré dans la capitale : le concept-store les Parisettes a écoulé plusieurs centaines de boules de neige Emmanuel Macron, à 10 euros, entre juillet et novembre 2017. La PME française qui les fabrique a vu ses commandes exploser dans le même temps, au point de devoir embaucher.