Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Avr 2015 | Profession
 

Patrick BriceSamedi 18 avril, dans la soirée, la ténacité bonhomme de Patrick Brice s’est brusquement éteinte (voir Lmdt du 19 avril). La semaine dernière, il s’était déplacé exceptionnellement trois fois à Paris pour satisfaire tant à ses obligations de responsable syndical qu’à ses engagements amicaux. Il arrivait souvent, chez lui, que les deux coïncident.

Patrick Brice était fils de débitants. Son enfance c’est dans la frénésie du débit familial, au cœur d’un quartier ouvrier de Lille, qu’il devait la passer. Et après une rapide incursion dans la messagerie de presse, il devait vite renouer avec ce métier dont il maitrisait rouages et ressorts. Son bar-tabac-presse – donnant sur le célèbre marché lillois de Wazemmes (au cœur d’un quartier populaire en voie de « boboisation », regrettait-t-il) – ne désemplissait guère. Et, avec sa femme Brigitte, il n’était pas peu fier de ses performances professionnelles : que ce soit pour accumuler l’ouverture de Comptes Nickel … ou être le meilleur diffuseur du Monde diplomatique de la région Nord.

Le combat syndical aura été son autre grande passion. Président de la chambre syndicale du Nord / Pas-de-Calais, puis de la fédération des buralistes du Nord, il entre au Conseil d’administration de la Confédération en 2000 pour en devenir vice-président en 2008. Il aura vu nombre de collègues nordistes vaciller et même tomber sous les coups de boutoir de la crise mais surtout du marché parallèle du tabac, la Belgique devenant la source d’approvisionnement massif de sa région.

Une quinzaine d’années durant, Patrick aura multiplié les manifs de tous types, les coups de gueule contre les politiques, les actions syndicales « coup de poing » tout comme les coups de mains aux collègues en détresse. Il était à la tête d’une grande fédération dont l’année syndicale est invariablement ponctuée par un congrès régional, souvent placé au cœur de l’actualité nationale (voir Lmdt du 24 novembre 2013), et par un salon régional (voir Lmdt du 28 mars 2015).

Cet organisateur était un lutteur. Chaleureux mais pas facile. Faussement impulsif mais vraiment malicieux. Sûr de ses convictions, clair sur ses appartenances et fidèle à des amitiés forgées avec le temps. Un temps trop court. Patrick Brice est parti dans sa soixante dixième année.