Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Fév 2018 | Trafic
 

On sait, désormais, qu’une partie du tabac pas cher venant d’Andorre et inondant le sud du pays passe par l’intermédiaire de pauvres bougres portant du tabac sur leur dos à travers la montagne, dans des conditions hallucinantes (voir Lmdt du 16 janvier 2018 ainsi que des 14 septembre et 5 août 2017).

Le ministre Gérald Darmanin s’en est rendu compte en visitant sur place, l’automne dernier, les équipes douanières, lesquelles prennent des risques dans leur chasse aux passeurs (voir photo). Philippe Coy avait d’ailleurs été invité à l’accompagner en la circonstance (voir Lmdt du 13 novembre 2017).

On en apprend un peu plus sur l’organisation de ce trafic montagnard avec la comparution au tribunal de Montpellier, ce mardi 13 février dernier, d’un Algérien de 41 ans.

•• Ce qui lui est reproché ? L’importation en contrebande d’une quantité totale de 411 cartouches de Philip Morris et de 851 paquets de tabac à rouler de 30 grammes. Ceci, en utilisant les services de mineurs étrangers chargés de passer le tabac à pied dans la montagne : des « haragas » en arabe (ceux qui passent la frontière … ou la Méditerranée).

•• Et c’est au tribunal de Montpellier, cette semaine, que l’on a su que le prévenu était déjà connu pour cette activité.

Le 10 mars 2017, à l’entrée de Béziers, la Douane avait intercepté un convoi : une Renault Mégane « ouvreuse » et une Ford Focus, conduite par lui, avec 192 cartouches et 100 paquets de tabac. Le parquet de Béziers avait ensuite convoqué l’Algérien. Mais la convocation ne lui aurait jamais été notifiée …

•• C’est donc la BAC de Montpellier qui l’a surpris, une nouvelle fois, un peu plus tard : dans un autre convoi roulant à vive allure, en pleine ville, vers 2 heures 30 du matin, le 7 novembre dernier (voir Lmdt du 9 novembre 2017). Cette fois, notre homme pilote une Laguna « ouvreuse », un mineur étranger étant son unique passager.

Et il a cherché à bloquer les policiers à un rond-point pour permettre la fuite de l’autre véhicule, un C4. Lequel sera retrouvé quelques heures après … devant son domicile, un homme ayant été vu en plein déchargement de tabac.

•• Le contrebandier niera tout, lors de son interrogatoire.

Son jeune passager sera plus loquace et confessera avoir participé à des expéditions en Andorre avec passage de la frontière, au retour, à pied et avec sac à tabac sur le dos. Tout cela, en échange d’un hébergement gratuit en France.

•• Mardi dernier, au tribunal de Montpellier, le parquet a requis contre l’Algérien trois ans de prison, un mandat de dépôt et 36 000 euros d’amende douanière, selon le Midi Libre.

En fait, notre contrebandier s’en est tiré avec 18 mois de prison, sans mandat de dépôt.