Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Mar 2020 | Profession
 

En Dordogne, la hausse des prix du 1er mars est arrivée en même temps qu’une pluie diluvienne. D’où une réaction mitigée des buralistes à Périgueux, rapportée dans La Dordogne Libre.

« Ça va faire mal, ça fait vraiment trop cher maintenant ! La seule chose que ça va réussir à faire c’est d’augmenter la contrebande et les petits tabacs, comme nous, ne tiendront plus ! » réagit la propriétaire du « Cour Privé ».

Et le patron du « French’Ville » de s’interroger : « pourquoi la France est-elle la seule de l’Union européenne à appliquer ces augmentations ? Ça va faire jouer la contrebande, les gens vont aller en Espagne … ».

•• Du côté de la chambre syndicale des buralistes du département, on essaie d’être plus mesuré. La présidente, Laury Massèdre, dit comprendre le sentiment des buralistes : « La trajectoire fiscale a été posée, il y a deux ans. C’est embêtant pour les consommateurs et rageant pour les buralistes ».

« C’est vrai que c’est compliqué mais plutôt que de le subir, il faut essayer de rebondir pour donner un autre visage du petit commerce de proximité. Se dire : On ne fait pas que ça ». Laury Massèdre de donner en exemple les produits du vapotage, le snacking, ou l’encaissement (bientôt) des créances fiscales.

•• Elle insiste aussi sur l’opportunité du Fonds de Transformation : « on perd des clients en nombre de passages, le but est de se diversifier pour les faire revenir. »