Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Mar 2020 | Profession
 

À propos de la dernière hausse des prix du tabac (voir 29 février), réaction de Jérôme Desbrières, implanté à Blanzy (à 4 kilomètres de Montceau-les-Mines, Saône-et-Loire), dans les colonnes du Journal de Saône-et-Loire.

•• « Nous subissons deux hausses par an. À ce rythme-là, il ne reste plus qu’à mettre la clé sous la porte. À chaque hausse, je perds 10 % de mon chiffre d’affaires. Le Gouvernement prétexte la santé des Français pour justifier ces hausses. En réalité, les fumeurs ne s’arrêtent pas pour tout ça. Ils vont simplement s’approvisionner ailleurs, sur internet ou au marché noir.

« Ces nombreuses augmentations génèrent en effet un trafic important sous le manteau avec des revendeurs qui vont s’approvisionner, au Luxembourg par exemple, à moitié prix et qui écoulent leurs cartouches à 30 euros de moins ».

•• « Pour compenser cette baisse d’activités, je vends aussi maintenant des boissons ou des articles de pêche mais ça ne suffit pas. Nous souhaitons vraiment que ces hausses s’arrêtent enfin et que le prix du tabac soit harmonisé en Europe avant que les bureaux de tabac ne disparaissent définitivement ».