Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Mai 2019 | Profession
 

Fort de la première convention signée entre une chambre syndicale des buralistes et une association départementale des maires (voir Lmdt du 2 mars 2019), Hervé Garnier, président des buralistes de Meurthe-et-Moselle, est accueilli par la Lettre des Maires et Présidents d’Intercommunalités du département pour une grande interview. Extraits.

« Quels sont les points communs entre les maires et les buralistes ? »

Hervé Garnier : « En plus du rôle social, il y a d’abord un engagement massif. L’un apporte un service public, l’autre un service au public, les deux 7 jours sur 7. On pourrait aussi citer la difficulté de trouver des prétendants compte tenu de la rétribution pour la quantité de travail effectué. Nous exerçons également notre activité sous le contrôle de l’État et nous sommes nous aussi des employeurs. »

« Pour quelles raisons un partenariat a-t-il été signé entre l’AMF et la Confédération des buralistes ? »

Hervé Garnier : « notre président national, Philippe Coy, a impulsé depuis son élection un renouveau : le buraliste a vocation à devenir le commerce central de l’économie locale. Notre participation en 2018 au Salon des Maires à Paris (voir Lmdt du 22 novembre 2018) nous a confirmé la nécessité de travailler de concert avec les élus locaux car nous avons, les uns et les autres, un rôle social important.

« Au quotidien nous guidons, renseignons et accompagnons les personnes. Nous travaillons aussi dans la continuité car lorsqu’on veut un passeport ou une carte d’identité, on vient d’abord chercher son timbre fiscal chez le buraliste avant d’aller à la mairie. Une collaboration étroite est légitime.

« Pourquoi avez-vous souhaité une déclinaison locale de ce partenariat ? »

Hervé Garnier : « il me semble utile d’apprendre à réfléchir collectivement pour apporter ou maintenir des services à la population, recréer du lien social, lutter contre les fractures de tous ordres (numériques, territoriales, bancaires …) en s’appuyant sur la sphère privée et plus spécifiquement sur des acteurs de proximité comme les buralistes (…)

« J’espère que nous pourrons travailler ensemble pour étudier comment collecter les mégots et les recycler. D’ailleurs, je lance un appel à une collectivité qui souhaiterait s’engager dans la démarche à titre expérimentale. »