Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Mai 2019 | Profession
 

Buraliste à Mérignac et président de la chambre syndicale des buralistes de Gironde (qui tient son assemblée générale samedi prochain), Joaquim Rompante était « L’invité de l’actu » dans la matinale de Sud Radio, ce 29 avril. 

Principale question : la vente de billets de train chez les buralistes … Et plus largement, les Maisons de Proximité annoncées par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse du 26 avril.

•• Est-ce une bonne opportunité de recettes supplémentaires pour les buralistes ? « Oui … » estime-t-il, « … pour ceux qui sont éloignés des grandes villes, pour attirer un peu plus de clientèle chez eux. Alors que les ventes de tabac ne cessent de reculer, nous sommes partis sur la transformation, c’est-à-dire moins de tabac, d’autres produits, des tickets de bus, des cartes grises et, peut-être demain, l’eau, EDF et les petits services de proximité ».

« D’ailleurs, demain, on ne va plus dire que l’on va au tabac. Nous serons des commerces de proximité, des bureaux de service ».

•• « Quand Emmanuel Macron annonce des Maisons de services de proximité, ne devrait-il pas plutôt s’appuyer sur les commerces, dont les buralistes, qui ont du mal à tenir ? Les postes, dans les campagnes, il y en a de moins en moins.

« Ces Maisons de Proximité, il faudra y mettre quelqu’un … Or, une personne ne suffit pas pour la journée, alors que le buraliste est ouvert de 7h à 20h. L’argent dépensé pour ces maisons qui ne vont pas apporter grand-chose, ils feraient mieux de l’orienter vers le buraliste. C’est lui qui voit le plus de monde et qui est toujours au service des clients ».