Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Mar 2020 | Profession
 

Après la dernière augmentation des prix (voir 28 et 29 février), retours de terrain recueillis par La Nouvelle République

•• « Oui, la hausse du prix décide les gens à arrêter de fumer. Surtout les jeunes, qui n’ont plus les moyens » assure Fabienne Durand, infirmière tabacologue au sein du CSAPA 86 (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie).

Mais … « j’ai des patients qui fument du tabac à rouler et pour qui la dépendance est plus forte. Il y a aussi le tabac de contrebande. On a des chiffres catastrophiques ».

•• Ce dernier point est sans doute le seul sur lequel tabacologues et buralistes sont d’accord.

« On réagit très mal » confirme Jean Durand, président des buralistes de la Vienne. « Ça monte tout le temps chez nous alors que les pays limitrophes ne bougent pas. On nous avait annoncé une hausse en novembre. Elle vient d’avoir lieu et on sent que certains de nos clients vont faire autrement …  Sans parler de la contrefaçon : avec les paquets neutres, on ne voit plus la différence, sauf si on est douanier ! ».

Le président départemental est d’autant plus amer qu’il ne sent pas beaucoup de solidarité chez certains élus locaux : « les maires ne commencent à s’inquiéter que quand leur dernier commerce ferme … ». Pourtant, les « marchands de tabac sont devenus les poumons de nos villages » conclut l’article.