Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Avr 2019 | Profession
 

Invitée de France Bleu Maine, ce jeudi 11 avril, la présidente des buralistes de la Sarthe a plaidé pour une reconnaissance du rôle-clé du réseau dans la vie des quartiers ou des villages où il est implanté.

Les ventes de cigarettes sont en baisse et dans le département, depuis 2009, 64 points de vente ont fermé. Laurence Proust reste cependant confiante dans l’avenir du métier.

•• « On nous dit que le nombre de fumeurs baisse. Mais en fait, ils changent leur façon de consommer. Soit en trouvant d’autres moyens d’approvisionnement. Soit parce qu’ils se satisfont ou mixent avec l’e-cigarette.

« Là où est le problème, c’est le manque d’harmonie des prix en Europe. On n’est pas contre le paquet à 10 euros, s’il est au même prix dans toute l’Europe ».

•• Selon elle, la force du réseau c’est son rôle de lien social : « les clients viennent nous voir en toute confiance pour nous demander un petit service ou un dépannage».

Le fait que 42 % des clients ne fument pas constitue, pour elle, la preuve que la survie des buralistes passe par une diversification des activités.

•• « Nous avons actuellement un Fonds de Transformation (voir Lmdt du 19 décembre) pour faire évoluer les commerces. Parce que l’État a besoin de la vente de certains de nos services. Avec ce Fonds, nous allons diversifier nos produits puisque le tabac ne sera plus un marché à part entière ».