Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Mai 2019 | Profession
 

Nouvelle étape des Journées de la Transformation, ce jeudi 16 mai, où le dispositif de renouveau du réseau des buralistes sera présenté à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Brest dans la soirée.

À l’issue d’une après-midi de visites, effectuées par des représentants de la Confédération auprès de buralistes et d’élus politiques (voir Lmdt des 22 mars et 17 avril).

•• En amont, Stéphane Roudaut, président de la Chambre syndicale des buralistes du Finistère et patron d’un bar-tabac à Pluguffan, a fait le point dans Côté Quimper. « L’audit coûte, ici, 650 euros la journée et peut durer trois jours. Il est remboursé à 100 % si les travaux sont ensuite réalisés », précise-t-il, « ce fonds est accueilli positivement, c’est extraordinaire. Il n’y a pas beaucoup de profession qui ont droit à autant d’argent pour se transformer. Notre risque financier est minimisé. »

•• Dans son commerce, la clientèle a changé depuis quelques années. Elle ne vient plus seulement pour boire un verre ou acheter des cigarettes. Elle peut retirer de l’argent ou poster un courrier via le point relais la Poste, faire la carte grise de son véhicule, acheter son ticket de bus, du vin …

« Il faut rendre nos commerces plus attrayant en proposant plus de services. Bientôt, tout se fera chez le buraliste », estime Stéphane Roudaut.

•• Didier Guérin, patron d’un bar-tabac à Quimper, est actuellement en plein audit : « cela permet de réfléchir à ce que l’on peut faire, de bénéficier d’un œil extérieur pour affronter l’avenir. Le quartier de la gare, où mon commerce est situé, va se transformer, nous allons essayer de coller à ces changements ».

•• Comme lui, près de 500 buralistes sont concernés par le Fonds de Transformation dans le Finistère. D’après Stéphane Roudaut, leur situation est relativement enviable, « car nous avons une frontière naturelle, la mer. Les clients peuvent difficilement aller acheter leur tabac à l’étranger pour moins cher. Dans les Pyrénées-Orientales, 80% des buralistes ont disparu depuis 2003 ».