Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Nov 2019 | Profession
 

« C’est soit on se transforme de fond en comble, soit on disparaît » …

Jean-Philippe Pérot (président de la chambre syndicale des buralistes du Maine-et-Loire) n’y a pas été par quatre chemins, lors de son assemblée générale de ce dimanche 10 novembre, organisée à Angers et couverte par Le Courrier de l’Ouest. Devant plus d’une centaine de participants. 

« Aujourd’hui, le tabac représente 65 % de nos recettes. Mais si, demain, cela tombe à 30-40 % … » a illustré Jacky Revillé (président de la fédération régionale), présent à la réunion avec Alain Sauvage (trésorier de la Confédération), en guise de justification de la Transformation.

•• Les intervenants ont développé, ensuite, plusieurs pistes pour montrer que cette Transformation correspond aussi à un développement commercial : du Compte Nickel des buralistes à l’accord avec la Sncf pour devenir point de vente de billets. Après Chalonnes-sur-Loire (voir le 28 juillet) , le second sera prochainement à Les Rosiers-sur- Loire (à 15 kilomètres de Saumur). Ainsi que le paiement de certains impôts chez les buralistes, effectif dès juillet 2020.

« Et cela crée du flux » a assuré Jean-Philippe Pérot, « et notre force, c’est la proximité et nos amplitudes d’ouverture ».

•• Un partenariat va se finaliser, le 15 novembre, avec la Chambre de Commerce et d’Industrie pour aider les buralistes, à travers des audits de leur point de vente (voir les 4 octobre, 30 août et 18 juillet).

Pour Jean-Philippe Pérot, les indicateurs économiques de la profession poussent à l’optimisme : « dans 20 ans, on sera encore là ». Une vingtaine de buralistes du département sont entrés dans un processus de Transformation.