Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Nov 2018 | Profession
 

Cambriolé à son domicile et à son commerce en Gironde, Cyrille Bombillon dénonce l’insécurité qui nuit à l’activité de son tabac-presse. Une histoire de quartier à problèmes dans laquelle certains se retrouveront. 

Arrivé à Génicart – un quartier sensible de Lormont (en banlieue de Bordeaux) – en juin 2017, le patron du tabac presse évoque déjà la revente de son fonds de commerce, au terme de trois années d’exploitation : « L’insécurité est devenue insupportable. Ça deale devant la porte et il y a eu des agressions », déclare-t-il à Sud-Ouest.

•• Le buraliste est persuadé que le cambriolage de son domicile, à Ambarès, et le vol avec violence dont il a été victime, cet été, sont liés (voir Lmdt du 27 juillet). Il souffre donc de la pression quotidienne que génère l’insécurité : « on urine devant la porte, on se fait insulter, je dois tout vérifier en permanence. L’autre jour, on m’avait coincé le rideau pour que je ne puisse plus le fermer. C’est usant. »

Gilles Lormont a réalisé des investissements, à hauteur de 10 000 euros sur l’année pour renforcer sa sécurité : vidéo, verrouillage des portes, convoyage de l’argent.

« Tout le monde sait ce qui se passe, même les clients nous demandent comment on tient. Certains avouent ne plus avoir envie de venir. Quant à moi, souvent, je veux fermer plus tôt et rentrer chez moi. » Le commerce fonctionne néanmoins et reste un des points d’activité du quartier, avec la poste et le Leader Price.

•• Conscient de la situation, le syndic a installé des caméras de vidéosurveillance, mais celles-ci ont été rapidement détruites. « Les projets d’évolution du quartier n’ont pas pris en compte les intérêts des commerçants jusqu’à aujourd’hui. Pourtant, nous recevons une pression importante de la mairie. Il y a une volonté d’assainir la zone mais les commerçants ne peuvent pas tout faire », résume le syndic.

•• Le maire PS de Lormont, Jean Touzeau, n’est pas tout à fait d’accord : « la police a organisé des interventions lourdes, notamment sur la question de la drogue. Personne ne conteste qu’il y a sur place un certain nombre de trafics illicites. Mais c’est aux occupants et propriétaires de la structure commerciale de gérer leur patrimoine et leur foncier (…) D’ici la fin du mois, le syndic présentera un projet à la mairie et aux commerçants. L’une des options repose sur la fermeture du parking par un grillage. Cela peut améliorer la sécurité. Néanmoins, ce dont on a besoin aujourd’hui c’est d’un car de CRS. »

Pour Franck Reynaud, délégué à la cohésion à la population auprès du commissariat de Cenon : « on ne peut pas poster des policiers à longueur de journée. Et puis, il y a des interventions. Les voitures de police patrouillent et les agents voient qui se met à courir … De plus l’arrêté anti-regroupement pris par le maire donne à la police un cadre juridique pour agir. Mais actuellement j’insiste sur le contact avec le terrain, avec les commerçants, pour trouver une orientation adaptée aux opérations de police. »

Ce mercredi, il recevra Cyrille Bombillon qui espère profiter de ce rendez-vous pour avoir également des informations sur les suites du cambriolage et de l’agression dont il a été victime. « Ce sentiment d’impunité des délinquants est vraiment insupportable. Vendredi, je rencontre un agent immobilier pour envisager la vente du fonds de commerce. »