Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Oct 2018 | Profession
 

Chantal Colas tient un tabac presse à Port-Brillet (Mayenne) depuis 2005. Elle fait partie de l’association des Buralistes en colère. Elle craint, avant tout, que l’absence d’harmonisation du prix du tabac, au niveau européen, signe l’arrêt de mort de sa profession. 

Extraits de son interview dans Le Courrier de l’Ouest du 1er octobre. 

•• Le risque, selon elle ? Qu’avec la programmation du paquet à 10 euros, de plus en plus de gens aillent acheter leur paquet de cigarettes, là où il est moins cher. À l’étranger ou sur le marché noir.

« Nous ne sommes pas contre le paquet de cigarettes à 10 euros comme l’a acté le Gouvernement. Mais avant de voir disparaître notre profession – qui propose aussi un panel de services (restauration, timbres fiscaux et postaux, produit FDJ, presse, etc.) – il faut une harmonisation du prix du tabac ».

•• Elle estime ainsi que les bénéfices générés par les activités annexes au tabac « sont insuffisants pour vivre ».

« Nous, nous garantissons une qualité de produits. Ce n’est pas le cas sur le marché parallèle. Des analyses ont démontré que des excréments d’animaux, des fibres de tissus, du plastique se trouvaient mélangés à ces cigarettes de contrebande  ».