Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mar 2017 | Pression normative
 

Malgré 500 millions d’euros par an investis dans la propreté et le satisfecit « sur les améliorations » de sa maire Anne Hidalgo, Paris n’est que 24ème au classement d’une quarantaine de capitales. D’où l’annonce d’une série de mesures, ce dimanche 12 mars, pour lutter contre les mégots, les détritus alimentaires, etc. qui jonchent la chaussée ou encore contre les rats de retour dans les parcs et jardins.

Outre l’arrivée de 100 agents supplémentaires dédiés à la propreté d’ici la fin de l’année (soit 7 000 agents au total), le nombre d’inspecteurs verbalisateurs augmentera, d’ici l’été 2018, de près de 50 % à la brigade de lutte contre les incivilités qui compte déjà 1 900 agents. Au 1er janvier 2018, viendront s’ajouter les 1 500 agents de surveillance de la ville de Paris (ASP).

Dorénavant, des enquêteurs de la direction « Propreté, Sécurité et Protection » (DPSP) se donneront le temps d’identifier les contrevenants pour les verbaliser et leur facturer les frais de nettoyage.

Anne Hidalgo veut également impliquer, ce qu’elle appelle « les partenaires », les entreprises pour faire de la propreté une priorité. Ainsi, les grandes enseignes et les immeubles de bureaux devront équiper en cendriers les points d’entrée et de sortie de leur personnel. Il en sera de même pour les cafés, sous peine de se voir retirer leur autorisation de terrasse.