Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Nov 2018 | Trafic
 

Des paquets de cigarettes à 5 euros à la sortie du métro, au bout de la ligne 13.

Depuis septembre, un groupe de vendeurs à la sauvette s’est installé à Châtillon (Hauts-de-Seine), aux portes de Paris, entre le terminus de la ligne 13 (au métro Chatillon-Montrouge) et celui du tramway T6.

Ils sont une dizaine de vendeurs, parfois bien plus, bien visibles, raconte Le Parisien de ce 31 octobre.

•• Certains vendent des fruits, mais la plupart tiennent dans leurs mains quelques paquets de cigarettes. « Un paquet ça coûte 5 euros, mon frère. On peut négocier à 4,50 ou 4 euros, si c’est quelqu’un qui achète régulièrement » explique un homme d’une trentaine d’année qui vient du Maroc.

Ces cigarettes, il les achète « à la Porte de La Chapelle, parfois à Saint-Denis … 45 euros la cartouche ». Soit à peine 5 euros de bénéfices pour dix paquets vendus.

Arrivé en région parisienne cet été, il s’est greffé à ce groupe de vendeurs, tous originaires d’Afrique. « Ici, les ventes marchent bien, il y a beaucoup de monde » confirme un homme originaire du Soudan, même s’il y a de plus en plus de contrôles, « on voit la police, on court, on se cache ».

•• Le maire (LR) de Châtillon, Jean-Pierre Schosteck, confirme être confronté à une situation qui « s’aggrave terriblement. » « Nous avons décidé de renforcer l’action de notre police municipale, qui faisait déjà des rondes et des opérations à intervalle régulier. Mais nous lui avons désormais demandé de positionner, aux heures de pointe, une voiture en permanence à cet endroit. »

Il y a quelques jours, la police municipale a saisi jusqu’à 200 paquets de cigarettes, qui ont été détruits. La police nationale aurait également procédé à plusieurs interpellations.

« Nous prenons notre part, et nous avons la ferme intention d’éradiquer ce phénomène », insiste Jean-Pierre Schosteck.