Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Juil 2018 | Pression normative
 

Depuis le 1er juillet, Strasbourg a institué ses parcs sans tabac, sans exception (voir Lmdt du 2 juillet 2018). Mais qu’en est-il des autres villes du Grand Est ? L’Est Républicain a fait le tour d’horizon.

•• À Nancy, seul le parc Blondlot, situé en centre-ville, est non-fumeur depuis le mois de mai 2018. Comme partout ailleurs, le décret national de 2015 interdisant le tabac aux abords des aires de jeux (voir Lmdt du 30 juin 2015) est appliqué à l’échelle locale dans les différents espaces verts.

Mais la ville devrait pousser la démarche un cran plus loin d’ici à 2019. « Une réflexion est en cours pour du « sans tabac » et « sans mégots ». Le maire est favorable à cette interdiction mais il faut laisser le temps à l’explication, ne pas l’imposer du jour au lendemain. Les gens le prennent mieux lorsque ce n’est pas imposé violemment », assure-t-on à la mairie.

•• À Metz (photo), aucune action de ce type n’est encore envisagée. Si la cigarette n’est pas interdite dans les parcs, des panneaux et points d’information rappellent le règlement en matière de tabagisme près des aires de jeux. Certaines opérations de grandes envergures, telles que Metz Plage, voient néanmoins le tabac y être totalement proscrit.

•• Du côté d’Épinal, aucune interdiction particulière n’est mise en place. Aucun changement n’est pour le moment à l’ordre du jour.

•• Même son de cloche à Reims où rien n’a encore été décidé. « Beaucoup de choses sont en réflexion mais rien n’est mené en particulier sur le sujet. Mais c’est effectivement réellement dans l’air du temps », explique-t-on du côté de la mairie.