Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Nov 2012 | Pression normative
 

L’instauration du paquet de cigarettes « neutre » ou « générique »  ou « standardisé » – c’est-à-dire « sans marque, sans couleur, sans signe distinctif » – a, en principe, pour objectif de supprimer toute attractivité du tabac. Le packaging étant « le seul espace publicitaire pour attirer l’attention des consommateurs », il serait devenu « le » vecteur d’incitation au tabagisme, notamment auprès des jeunes et des femmes « très sensibles au design » : tel est le discours des partisans de cette mesure radicale concernant le packaging. Pourtant, un résultat du sondage Eurobarométrie 2012 contredit ces arguments brandis de façon récurrente.

Mis en place, depuis 2003, par la Direction Générale Santé de la Commission européenne – elle-même – l’Eurobaromètre fait un état régulier, à l’échelle de la Communauté, sur le comportement des Européens par rapport au tabac. Le dernier a été réalisé au cours du premier trimestre de 2012, sur un échantillon de 26 751 personnes (dont 1 059 Français).

Parmi les nombreux enseignements de cette étude, les résultats à une question touchant au packaging sont sans ambigüité : le paquet arrive dernier dans le classement des facteurs d’incitation ou d’achat.

Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui vous ont amené à commencer à fumer?
(plusieurs réponses possibles)
. « Vos amis fumaient » : 79%
. « Vos parents fumaient » : 21%
. « Vous aimiez l’odeur du tabac » : 19 %
. « On vous a offert des cigarettes » : 12%
. « Vous aimiez les cigarettes mentholées » : 3%
. « Vous aimiez la  présentation des paquets » : 3%
. « Vous aimiez les cigarettes avec des saveurs spéciales » : 1%.
Les paquets, et leur présentation, comptent pour 3 % dans la décision de se mettre à fumer. Le score descend à 2% sur la partie française de l’échantillon de ce sondage.

Par ailleurs, un indicateur concernant les jeunes. 70% des Européens (78% des Français) estiment, dans le sondage, que les avertissements sanitaires sur les paquets n’ont pas d’impact, auprès des nouvelles générations, pour les inciter  à ne  pas commencer à fumer.