Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

paquet-neutre-la-montagneCertains buralistes s’adaptent … D’autres ne décolèrent pas avec les livraisons « 100 % neutre ».

Large tour de France des réactions.

•• Philippe Glory, président de la chambre syndicale des buralistes de Loire-Atlantique (Ouest-France du 5 décembre) : « Pour nous, c’est un surcroît de travail et ce, dès la réception de la marchandise. Quand vous recevez quarante cartouches sans aucun repère visuel, c’est plus difficile. Pour recharger les linéaires, c’est pire. Il faut bien repérer les paquets pour ne pas faire d’inversion, y compris quand on sert les clients. Au 1er janvier, nous ne vendrons que des paquets neutres, il faut tourner la page ».

Et la modernisation ? « c’est un point essentiel. 70 % des personnes qui franchissent la porte de nos établissements ne sont pas des fumeurs. Confiseries, presse, livres, jeux, timbres et comptes bancaires… Nous vendons tout cela aussi. Dans les zones rurales, beaucoup de nos confrères font aussi de l’épicerie. Nous avons fait l’acquisition d’un agenceur (voir Lmdt du 4 novembre) pour repenser nos boutiques et leur linéaire, avec ces images choquantes sur les paquets ; une façon de protéger aussi ce public non-fumeur ».

•• À Montluçon (La Montagne du 5 décembre) :

 « Cela fait trente ans que je fais ce métier, on en a vu des réformes, des lois et des mesures, mais je n’ai jamais connu un merdier comme celui-là », constate un buraliste.

• « Le temps de réception et de stockage des commandes ainsi que le temps de mise dans les linéaires ont augmenté d’un tiers », estime Gérard Robert (vice-président de la chambre syndicale des buralistes de l’Allier).

« Là où je mettais trente secondes pour servir quelqu’un, je mets aujourd’hui le double. Et le risque d’erreur est amplifié. Je me suis déjà planté en ne prenant pas le bon paquet », admet un autre buraliste, qui ajoute « mes clients non-fumeurs se disent exaspérés par ces paquets avec des images qu’ils n’ont pas envie de voir ».

 Laurent Mazal (président de la chambre syndicale des buralistes de l’Allier), s’inquiète aussi pour certains confrères, en particulier en zone rurale, qui n’auront pas forcément les moyens financiers de s’adapter aux conditions de la reprise (voir Lmdt du 29 août) : « nous allons devoir avancer de la trésorerie sur cinq à six mois » .

•• Manu Souvignet, buraliste-presse à Yssingeaux (Le Progrès du 3 décembre) : « c’était déjà très compliqué. Un client reste en moyenne moins d’une minute dans mon magasin. Là, je devrais faire attention à ne pas me tromper en vendant des cigarettes ». Il invite d’ailleurs ses clients à bien vérifier qu’ils reçoivent le bon paquet lors d’un achat. La tâche s’annonce encore plus difficile dans la réserve pour différencier les paquets. Quelques innovations viennent éclaircir le tableau. Comme ces nouveaux linéaires disposant les paquets à l’horizontal : « ça permettrait de voir le dessus des emballages avec le nom », nuance-t-il, sans être totalement convaincu de l’efficacité. Idem pour les étiquettes de couleur : « pas sûr, toutefois, que cela soit suffisant pour aider les buralistes à différencier les marques ».

•• Dans le Rhône, les buralistes sont vent debout.

  Patrick Maldjian, buraliste à Lyon (Le Progrès du 3 décembre) : « mon environnement de travail est devenu morbide ».

  « J’ai mis deux heures de plus pour ranger mes rayons », se plaint un collègue, « il me faut une loupe pour lire la marque ».

  « Sur mon rayon, j’ai à peu près mes repères. Mais en réserve, c’est la pagaille. Tous les cartons sont identiques et il m’a fallu trois fois plus de temps pour différencier ces paquets sombres », rapporte la vendeuse d’un autre établissement. Sa parade : des post-it avec le nom de chaque marque ornent ses cartons.

/ « Plus personne ne s’y retrouve, c’est ingérable », résume, Jean-Pierre Teindas (président de la chambre syndicale des buralistes du Rhône). Il fustige également l’absence de mentions informatives sur les paquets (voir Lmdt du 12 septembre 2016) : « nos clients se plaignent de ne plus connaître le détail des ingrédients des cigarettes ».