Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

buralistes-de-meurthe-et-moselleLes buralistes de Meurthe-et-Moselle ont eu l’occasion de dire tout le mal qu’ils pensaient du paquet neutre, « cette mesure voulue par Hollande, Valls et Touraine », lors de leur assemblée générale qui s’est tenue ce samedi 25 juin. Un texte qu’ils jugent « inefficace dans la lutte contre le tabagisme et préjudiciable à leur activité » rapporte L’Est Républicain, au lendemain de la réunion.

« Nous estimons que ça nous donnera plus de travail, au moins 40 heures par mois. Comment trouver les marques, se repérer, gérer les stocks ? » a assuré Hervé Garnier, président de la chambre syndicale des buralistes du département, après avoir rappelé l’absence d’incidence sur la prévalence tabagique en Australie. « « Et encore l’Australie est une île. Ici, en zone frontalière, ça profitera surtout au marché parallèle et aux mafias », en s’appuyant sur les 27,1 % de la dernière enquête KMPG (voir Lmdt des 8, 910, 13 et 14 juin).

« Au 1er janvier, ça va exploser parce que les paquets seront plus facilement imitables. On devrait plutôt s’inspirer de l’Allemagne, où le paquet est moins cher de 2 euros et ne comporte pas de photos chocs, où la publicité est autorisée et où, pourtant, la prévalence tabagique est moins élevée chez les jeunes. Mais en France, on préfère la répression à la prévention ».

Après le visionnage d’un film sur l’expérience australienne, les buralistes se sont concentrés sur de nouvelles pistes de « travail » pour s’adapter à la mesure, notamment la « réception des commandes ». « Nous réfléchissons à de nouvelles formes d’implantation. Il faut rebondir, on n’a pas le choix », a conclu Hervé Garnier.