Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Juil 2015 | Pression normative
 

Paris Match« Ils ne se laisseront pas « neutraliser » sans livrer bataille » … Face à « l’exclu » de Marisol Touraine sur son paquet neutre (voir Lmdt de ce jour), Paris Match tempère avec « la riposte des fabricants et des buralistes » (nous reproduisons l’essentiel de ce deuxième article). 

• Pour les buralistes : « Mercredi, jour de l’examen en commission du Sénat du projet de loi santé comprenant le plan de lutte contre le tabagisme, les buralistes se réuniront sous les fenêtres du palais du Luxembourg pour redire leur opposition à une initiative qui, d’après eux, désorganisera profondément leurs ventes. Ces derniers jours, dans de plusieurs départements du Sud-Ouest, certains buralistes ont protesté en neutralisant des radars automatiques ».

Axel Gietz ImperrialTobacco• Pour les fabricants : « Il ne nous restera plus que le prix pour distinguer nos produits de ceux de nos concurrents », explique à Paris Match Axel Gietz, directeur des affaires institutionnelles du géant britannique Imperial Tobacco. Après deux ans de repli de la consommation en France (-7,6% en 2013 et -5,3% en 2014), pas question pour les grands groupes de se voir dépossédés des éléments identifiant leur marque, commente l’hebdomadaire

Pour dissuader les autorités, les fabricants rappellent deux arguments : « «en Australie, le premier pays à l’avoir expérimenté, c’est un fiasco », assure Axel Gietz qui prône plutôt des « programmes éducatifs intelligents à destination des jeunes, à l’image de ce qu’a fait l’Allemagne ».

Mais les multinationales du tabac pourraient bien ne pas en rester là, si les pouvoirs publics ne font pas machine arrière. Elles menacent de réclamer devant la justice française ou européenne des milliards de dollars d’indemnisation à l’Hexagone, accusé « d’atteinte au droit de propriété, à la liberté d’entreprendre et à la liberté d’expression ». Axel Gietz prévient : « nous n’envisageons de procédures judiciaires qu’en dernier ressort. Mais si on nous prive de nos marques, on ne restera pas assis à ne rien faire ».