Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Avr 2017 | Pression normative
 

En appui de la publication de l’étude d’OpinionWay sur le paquet neutre dans les départements frontaliers (voir Lmdt du 18 avril), le quotidien Sud-Ouest s’est installé à Béhobie, au Pays Basque, à quelques dizaines de mètres de la frontière espagnole.

Remontées de terrain.  

•• « Voir les gens passer devant le magasin avec la cartouche dépassant du sac, ce n’est pas agréable. Mais ce n’est pas si grave. Je suis bien ici. Pour ma part, mon commerce fonctionne très bien, J’ai une relation privilégiée avec une clientèle fidèle. Je ne me plains de rien », assure Maïté, buraliste à Béhobie.

Sauf … lorsqu’on lui parle du paquet neutre : « je n’ai pas perdu un seul client à cause de ces paquets neutres. Par contre, c’est à nous qu’on s’en prend une nouvelle fois. Cela rend notre quotidien plus compliqué, cela fait perdre du temps ».

« Quand on prend un énième coup sur la tête, ce n’est pas agréable. D’autant plus que le résultat de cette opération est nul », renchérit un confrère.

•• Sans chiffres à l’appui, l’impression générale pourrait passer pour subjective. Mais les confirmations tombent de toutes parts.

Il n’est pas un client français, sortant de l’un des « Tabacos » de l’autre côté de la frontière, sans évoquer le paquet neutre : « avec ou sans logo, avec ou sans photo, cela ne change rien. Ce n’est pas même le paquet neutre qui me fait acheter mes cigarettes en Espagne, mais le prix. Si j’aime des gâteaux, vous pouvez changer la couleur du paquet, j’achèterais toujours le même. Ce qui compte, c’est ce qu’il y a l’intérieur ».

« Le paquet neutre, je n’y ai même pas prêté attention », assure Manuel, un habitué espagnol qui vient en France pour acheter une marque qu’il ne trouve pas, ou parce que le goût des cigarettes françaises lui convient davantage.

•• La confirmation du flop vient, officielle, de Claudine Mora, présidente de la chambre syndicale des buralistes du Pays basque : « Le paquet neutre ne sert à rien pour ce qui concerne la baisse de la consommation. On nous a rétorqué qu’il était prioritairement destiné aux jeunes qui, selon les termes employés, devaient reculer face à ce mur de paquets dans lequel ils ne trouveraient ni repères, ni attractivité. Mais soyons clairs : dans la vraie vie, cela ne se passe pas comme cela ».

•• Le paquet neutre a eu d’autres conséquences inattendues, avec des comportements surprenants. « Certains clients nous demandent des images qu’ils jugent moins choquantes que d’autres », décrit Maïté, qui estime, cependant, que la vague des étuis personnalisés n’est qu’un simple effet de mode.

Certes, mais on est bien loin de l’effet escompté par la loi, conclut le reportage.