Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Avr 2015 | Pression normative
 

Republic Technologies logoSuite au vote de l’Assemblée nationale de vendredi dernier ( voir Lmdt des 3 et 8 avril), voici le communiqué émis par Republic Technologies. En effet, le papier à rouler est concerné par la mesure ( voir Lmdt des 20 et 27 mars).

 « À la suite des débats à l’Assemblée Nationale autour du projet de Loi de Santé publique et du vote ce jour de l’application de la mesure du « Paquet neutre » aux paquets de cigarette et au papier à rouler, les dirigeants de Republic Technologies déplorent cette décision qui représente une mise à mort du patrimoine immatériel de l’entreprise et une déstabilisation économique et sociale sans précédent.

« Republic Technologies regrette le manque de discernement de la majorité des députés qui n’ont pas su identifier les incohérences de l’application de la mesure paquet neutre à ses activités ni prendre en compte ses répercussions pour l’entreprise et sa région d’implantation.

« Republic Technologies dénonce aujourd’hui une mesure totalement infondée d’un point de vue socio-économique, juridique et sanitaire :

« Nous regrettons la décision de l’application du « paquet neutre » au papier à rouler qui rappelons-le n’est pas un produit du tabac, mais un produit de l’industrie papetière depuis 1838, et qui ne joue de rôle ni en termes d’addiction, ni en termes d’incitation des consommateurs, alors même que d’autres types de produits du tabac ne sont pas pris en compte. Par ailleurs, le papier à rouler n’entre aujourd’hui dans aucun champ d’application de législations existantes comme en Australie ou en cours d’adoption comme ou en Irlande et Royaume-Uni », précise Philippe Parcevaux, Président de Republic Technologies. Lequel rappelle également que « La France sera donc le seul pays au monde à appliquer une telle mesure au papier à rouler… alors que le n°1 mondial est une entreprise française ! Il n’y a aucun pragmatisme dans cette décision ».

« L’entreprise Republic Technologies, qui emploie 400 personnes, compte parmi les entreprises phares de l’industrie française: elle produit exclusivement en France, exporte dans plus 100 pays et s’est imposée comme le leader mondial sur son marché. Héritière d’un patrimoine et d’une industrie ancrés à Perpignan depuis 1838, à travers ses marques JOB, OCB et Zig-Zag, elle a depuis longtemps fait le choix de continuer à produire et à se développer dans le département des Pyrénées-Orientales dont est elle l’un des premiers employeurs.

« C’est précisément sur le site de production de Perpignan qui compte 400 salariés, que 50 emplois se voient impactés par l’application de cette mesure en mai 2016. Cette instabilité constitue une épreuve dans une région, le Languedoc Roussillon, où le taux de chômage très fort culmine à 15,5%. C’est également 30% du chiffre d’affaires de l’entreprise qui est mis en péril, réduisant considérablement sa compétitivité face à une concurrence internationale peu impactée par la mesure, et ouvrant la voie à l’explosion des filières de contrefaçon.

« L’Entreprise Republic Technologies reste mobilisée pour la défense de ses intérêts, la préservation de ses emplois et sa pérennité, et enjoint les pouvoirs publics, et ce au plus haut niveau, de revenir sur cette décision lourdes de conséquences pour une entreprise française dynamique et porteuse d’avenir ».