Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Nov 2017 | Profession
 

Ils ne font vraiment pas le « dos rond » les buralistes des Deux-Sèvres, malgré le titre de la pleine page du Courrier de l’Ouest de ce vendredi 10 novembre, quasiment à la veille d’une augmentation du prix du tabac appelée à être suivie par d’autres (voir Lmdt du 8 novembre).

•• « Les fumeurs changeront peut-être leurs habitudes, au début. Mais une chose est sûre, cela va encore développer la fraude, la contrebande », tempêtent les époux Couasnon, venus de l’Orne pour s’installer à Niort il y a un an, en même temps que le paquet neutre. « Ce n’est pas fréquent mais il arrive que des clients, qui viennent boire un café ou autres, sortent leur paquet multicolore, comme il n’en existe plus en France. Et nous ne sommes pas sourds, quand on entend les gens parler du paquet à 4 euros ».

•• « À chaque fois, le paquet va prendre de 30 à 50 centimes d’euro. On va subir deux hausses par an. Cela ne va pas favoriser la trésorerie des buralistes. Le consommateur essaiera de trouver un produit ailleurs, et moins cher », souligne Anne-Marie Barbat, président de la chambre syndicale des buralistes des Deux-Sèvres. …Car les fumeurs deux-sévriens n’échappent pas à la tentation des achats frontaliers, côté espagnol, ou aux propositions d’amis qui leur ramènent du tabac de l’étranger.

Ce qui finit par fragiliser l’activité des buralistes du département. « Dans notre pays, on est dans une hypocrisie la plus complète. On nous parle de santé publique, mais il faudrait faire un plus de prévention vraiment efficace, notamment auprès des jeunes », tonne Anne-Marie Barbat. Avant de conclure sur le paquet neutre : « Il n’a rien changé à la consommation de tabac. Ce paquet, c’est un couac complet. Par contre, pour nous buralistes, cela représente un travail supplémentaire pour réorganiser nos linéaires et gérer nos livraisons. »

•• « Depuis le début de l’année, c’est la valse des prix et des grammages ! Et que dire des paquets neutres : c’est difficile de reconnaître un paquet sur un linéaire, d’où des erreurs auprès des clients. Et je ne vous parle pas du rangement dans la réserve. Tout se ressemble ! On passe plus de temps dans le maniement du tabac. Et pour tout dire, ces paquets neutres n’ont pas eu d’impact sur les ventes », confie Jean-Noël Hirelle, qui possède un bar-tabac-jeux-brasserie à Argenton-les-Vallées.

Et d’ajouter : « Pour rester au même prix, les fabricants ont baissé le grammage des boîtes de tabac à fumer. Je constate aussi que pour changer le prix de certains paquets de cigarettes, on change de nom. 

« La vente de cigarettes à capsule est interdite et il est toujours autorisé de mettre une capsule dans le tube pour les fumeurs qui roulent le tabac !  Le paquet à 10 euros ? Je ne sais pas si ça changera grand-chose dans les habitudes… Même à Argenton, certains s’approvisionnent à l’étranger ».