Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Sep 2017 | Profession
 

Dans Nord Littoral du 19 septembre, Sylvain Hodicq (président de la chambre syndicale des buralistes du Calaisis) monte au créneau afin de rameuter les troupes pour le 4 octobre, jour de mobilisation nationale à Paris (voir Lmdt du 15 septembre).

« On ne demande pas à ceux qui n’ont aucun salarié de fermer ce jour-là, les temps sont déjà assez difficiles. Mais si des clients veulent venir avec nous, ils sont les bienvenus, ils peuvent venir nous voir, on peut faire des bus ».

•• Sylvain Hodicq est furieux et écœuré contre les promesses non tenues : « le vrai problème, en fait, ce n’est pas la hausse de prix, c’est l’absence d’harmonisation européenne. Si le prix du paquet était à 10 euros en France, en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg et partout dans l’Union européenne, on ne dirait rien. On n’est pas opposé aux questions sanitaires, à la prévention. 

Moi-même, je ne suis pas fumeur et je suis prêt à aller dans les collèges pour demander aux élèves de ne pas fumer. » Mais sans véritable politique de prévention, sans vision européenne des prix du tabac, la pilule ne passe pas.

•• Intervenant, dans la foulée, après le passage au paquet neutre « qui n’a eu aucun effet, aucun impact sur la clientèle », il estime que cette brusque hausse  des prix est la bouffée de trop pour les buralistes.

« Ce qui va se passer, c’est que l’on va voir bondir les trafics, la contrebande », qui atteint les 40 % sur le Calaisis. « Et l’État ne fait rien », fulmine le buraliste.

•• Depuis 2003, année de son installation, il estime n’avoir traversé que des crises et des soubresauts professionnels : « mon affaire a perdu de sa valeur, c’est évident, mais j’arrive à m’en sortir parce que je me diversifie, avec le Relais Colis par exemple. »

Mais, Sylvain Hodicq a vu arriver, à quelques reprises, des colis de commandes sur internet contenant … du tabac  ! « Oui, les fumeurs se manifestent sur les réseaux sociaux pour se procurer du tabac moins cher, de manière illégale, ou passent par des sites de co-voiturage pour aller en Belgique ou un peu plus loin. Que faire ? On va en choper un et en laisser faire des centaines … ».