Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

New York est devenu mardi le second état des États-Unis après le Michigan à interdire la commercialisation des cigarettes électroniques aromatisées, accusées d’inciter les jeunes à vapoter avec, à la clef, un fort risque de dépendance à la nicotine, confirme l’AFP (voir Lmdt du 17 septembre).

La décision a été prise lors d’un vote du conseil de santé publique et de planification sanitaire de l’état de New York, convoqué à la demande du gouverneur Andrew Cuomo qui avait réclamé dimanche des mesures d’urgence.

•• Elle prend effet immédiatement, même si les contrôles ne démarreront que dans deux semaines. Ce qui fait de New York le premier état à mettre en œuvre la mesure, le Michigan attendant encore la publication des textes applicables (voir Lmdt du 10 septembre).

L’interdiction intervient quelques jours seulement après que Donald Trump a annoncé, le 11 septembre, qu’une mesure similaire serait prise dans les prochains mois au niveau fédéral.

•• « New York n’attend pas le gouvernement fédéral pour agir », a déclaré Andrew Cuomo, cité dans un communiqué. « En interdisant les cigarettes électroniques aromatisées » a-t-il poursuivi, « nous prenons une mesure de santé publique et contribuons à empêcher un nombre incalculable de jeunes gens de contracter une accoutumance à vie, coûteuse, mauvaise pour la santé et potentiellement mortelle ».

•• Selon les chiffres du département de la Santé de l’état de New York, près de 40% des élèves de terminale vapotent. Les cigarettes électroniques sont pourtant interdites à la vente aux mineurs aux États-Unis, la majorité se situant entre 18 et 21 ans selon les États.

18 Sep 2019 | Profession
 

Situation hyper-dangereuse 

• Gard. Quatre personnes – dont une enfant de six ans – étaient présentes chez un buraliste d’Alès, quand un individu, au visage masqué par un tee-shirt, a fait irruption ce samedi 14 septembre en début d’après-midi.

Il a alors empoigné la personne la plus âgée et l’a menacée avec son arme blanche afin de se faire remettre le contenu de la caisse. La buraliste a eu le réflexe d’appeler en urgence son compagnon qui était à proximité. Ils sont parvenus à plaquer le braqueur et à le désarmer jusqu’à l’arrivée des forces de l’ordre.

Jugé en comparution immédiate, ce lundi 16 septembre devant le tribunal d’Alès, le malfaiteur – 21 mentions à son casier judiciaire, une vingtaine d’années passées en détention – a été condamné à une peine de cinq ans et demi de prison ferme. Lire la suite »

17 Sep 2019 | L'essentiel, Profession
 

Jacques Couret reprend, à compter du 1er octobre, la Direction Générale de la SAF, filiale de Logista. Il conserve en parallèle sa fonction de Directeur général des activités Strator et Télécoms @business de Logista France.

Fort de sa solide expertise en marketing et en vente, Jacques Couret a conduit depuis plus de deux ans la stratégie de développement des activités Strator et Télécoms @Business, en confirmant le leadership de Strator sur le marché́ des terminaux de gestion de points de vente, le positionnant ainsi comme le partenaire n°1 des buralistes.

Son expérience au sein du groupe Logista France lui permettra de mener à bien la stratégie de croissance de la SAF. Lire la suite »

 

L’état de New York n’attendra pas les directives fédérales, suite aux déclarations de Donald Trump (voir Lmdt des 14 et 11 septembre). Le gouverneur Andrew Cuomo a signé, dimanche 15 septembre, une loi interdisant la vente d’e-liquides aromatisés dans tout l’État de New York. 

La loi, annoncée comme une mesure d’urgence, s’applique immédiatement et les boutiques vont devoir aussitôt retirer ces produits de leurs stocks.

Rappelons que cette décision intervient alors que plus 450 vapoteurs ont été hospitalisés ces derniers mois aux États-Unis à cause de problèmes respiratoires. Et six d’entre eux sont décédés (voir Lmdt du 9 septembre). Lire la suite »

17 Sep 2019 | Profession
 

De plus en plus de clients demanderaient une cigarette à l’unité … mais ce n’est pas une raison pour obtempérer. La vente à l’unité est strictement interdite.

« Depuis un an, on a ce genre de demandes. Jusqu’à dix fois par jour, des gens qui n’ont pas beaucoup d’argent, ou bien des fumeurs occasionnels, qui demandent une cigarette à l’unité … Quand on leur dit non et qu’on leur explique que c’est interdit, ils ne comprennent pas » témoigne Isabelle Moline, buraliste de Reims, dans L’Union (édition du 16 septembre).

Une première affiche d’avertissement avait été collée avant l’été dans l’établissement. Une seconde vient de faire son apparition. Lire la suite »

17 Sep 2019 | Pression normative
 

La mairie de Bordeaux lance une grande campagne pour inciter les parents à ne pas fumer devant les écoles primaires et maternelles et dans les jardins publics. Environ 160 lieux devraient être concernés par l’affichage d’ici à début novembre pour le « Mois sans Tabac ».

Pas question donc, pour le moment, de créer des zones non-fumeurs devant les écoles, ni dans les jardins d’enfants, comme le proposait l’élue socialiste Michèle Delaunay, à la dernière rentrée (voir Lmdt des 19 avril 2019, 14 et 4 septembre 2018).

•• La campagne vise à sensibiliser avant tout. Des affiches « Cigarette, j’arrête », « Laissons de l’air à nos enfants » ont été placardées sur les murs de huit maternelles, écoles primaires et jardins d’enfants dans chaque quartier de Bordeaux. D’ici le premier novembre, la mairie veut généraliser l’affichage à 160 lieux.

•• Une mesure de santé publique et pro-écologie pour Gérald Carmona, chargé de la e-santé à la mairie de Bordeaux. L’idée est venue, essentiellement, des enfants du conseil municipal junior de Bordeaux, explique l’élu. Peut-être en ont-ils eu l’idée « en voyant leurs parents qui attendent [devant les écoles] en fumant » suppose Gérald Carmona, « ou à la vision des mégots par terre » ? 

•• L’affiche propose, en fait, de télécharger une application smartphone, « Bordeaux ma e-santé », qui renvoie vers des vidéos de sensibilisation et des contacts de tabacologues entre autres. La mairie de Bordeaux organise aussi des conférences et des ateliers de prévention contre le tabagisme dans les collèges et lycées de la ville.

•• Pour l’instant, l’apparition d’un panneau rouge « interdiction de fumer » devant les écoles, collèges et lycées n’est pas à l’ordre du jour, selon Gérald Carmona.

17 Sep 2019 | Observatoire
 

La disparition annoncée du cash se fera attendre. L’essor du paiement sans contact ne dissuade pas les Français de continuer à payer en liquide. À preuve …

« Depuis 2017 et la montée en puissance du paiement par carte bancaire sans contact accepté à partir d’un euro, l’utilisation de l’argent liquide diminue de 3 % par an environ. Ce qui reste limité » estime, dans Le Figaro (édition 14 septembre), Patrick Lagarde, PDG de Brink’s France (voir Lmdt du 26 juillet 2015).

•• Malgré la multiplication des moyens de paiement numériques (carte bancaire, téléphone mobile, virements de compte à compte, porte-monnaie électroniques…), les Français paient en liquide les deux tiers (68 %) de leurs achats de faible montant en magasin (7,50 euros en moyenne en France et 12 euros en zone euro), relève la Banque centrale européenne (BCE).

En tête les personnes âgées souvent réfractaires au paiement par carte bancaire ou les ménages fragiles (15 % environ), qui pour faire face à leurs contraintes budgétaires règlent leurs dépenses en cash. Sans oublier ceux qui, par souci d’anonymat, ont la phobie des paiements alternatifs (cartes bancaires, chèques) qui laissent des traces…

•• Pour répondre à leurs attentes, les entreprises – qui s’attendaient à ce que tous les Français adoptent très rapidement de nouveaux modes de paiement – sont obligées de s’adapter.

La SNCF a, par exemple installé dans les cinq gares parisiennes des automates de vente de billets de train acceptant le paiement en espèces. Et elle prévoit d’en installer 100 sur tout le territoire. Lire la suite »

17 Sep 2019 | Profession
 

Braquage ultra-violent : la mère du buraliste aspergée d’essence …

• Yvelines. Trois hommes, armés d’un couteau et d’un lacrymogène, ont fait irruption, samedi 14 septembre vers 21 heures, dans un bar-tabac de Mantes-la-Jolie. L’un a sauté derrière le comptoir alors que quatre personnes se trouvaient encore sur place.

Il a frappé le buraliste avant d’exiger qu’il lui remette le contenu du coffre-fort. Pour l’intimider encore davantage, un complice a aspergé la mère du patron avec de l’essence contenue dans une bouteille en plastique, menaçant d’y mettre le feu …

Le buraliste a obtempéré et les malfaiteurs ont pris la fuite avec leur butin : l’argent du coffre, des tickets de jeux et un stock important de cartouches de cigarettes. Lire la suite »

 

« La cession doit garantir la continuité sur le long terme : Scandinavian Tobacco Group souhaite reprendre le fabricant de cigares Royal Agio Cigars ». Tel est le titre d’un communiqué, diffusé ce lundi, et que nous reproduisons intégralement.

« Scandinavian Tobacco Group A/S, société danoise cotée au Nasdaq Copenhague, est parvenue aujourd’hui à un accord de principe avec les associés de de Royal Agio Cigars pour le rachat de 100 % de parts sociales de l’entreprise familiale néerlandaise. Le projet de reprise doit encore être soumis à l’autorité européenne de la concurrence pour approbation et aux comités d’entreprise pour consultation.

•• « Les associés de Royal Agio Cigars estiment que le projet de reprise est dans l’intérêt de la continuité sur le long terme des activités et des marques de l’entreprise familiale fondée en 1904. La combinaison de portefeuilles de produits rassemblera des marques renommées et très appréciées, commercialisées dans le monde entier. Les parties pensent finaliser la transaction au cours du premier semestre 2020. Lire la suite »

16 Sep 2019 | Trafic
 

Quatre malfaiteurs ont coincé un camion de livraison tabac, ce matin vers 6h30, en début de tournée à Saint-Priest (Rhône), à quelques kilomètres du site de Mions.

Une cinquantaine de cartons ont été dérobés, sous la menace de deux cutters.

Les chauffeurs sont sains et sauf. Un suspect aurait été interpellé entre 7 heures et 7 h 30 à Saint-Priest même, selon Le Progrès.

Il s’agit du 19ème braquage d’un camion Logista de l’année et le 3ème en moins d’un mois (voir Lmdt des 6 septembre et 23 août).