Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Avr 2019 | Profession
 

Le Quotidien du Médecin a publié, ce jeudi, la réponse de Philip Morris France à la tribune « Le Tabac chauffé, cheval de Troie de l’industrie du tabac », signée de quatre responsables du Comité national contre le Tabagisme (voir Lmdt de ce jour) et parue dans ses colonnes.

« Nous tenons à marquer notre étonnement quant à la démarche dogmatique de cette tribune mettant en avant des arguments non vérifiés.

•• « Ses auteurs affirment ainsi que « toutes les recherches indépendantes de celles de l’industrie démontrent la production par le tabac chauffé de substances toxiques à des taux élevés ». Cette affirmation, qui n’est pas référencée, ne traduit pas le travail de la plupart des études qui ont comparé les émissions toxiques du tabac chauffé avec celles de la cigarette conventionnelle.

« À ce titre, nous pouvons citer les travaux menés de façon indépendante par les Drs Farsalinos et Bekki ou encore ceux de l’Institut Fédéral Allemand de l’Evaluation des Risques (BfR) qui démontrent tous une réduction substantielle des émissions toxiques du tabac chauffé par rapport à la cigarette.

« La moindre toxicité du tabac chauffé provient du fait que le tabac n’est pas brûlé mais chauffé à 350° maximum, soit une température en dessous du seuil de combustion. C’est donc pour cette raison que les sticks de tabac ne peuvent être assimilés à des cigarettes combustibles.

•• « La meilleure chose qu’un fumeur puisse faire est d’arrêter de fumer. Mais il reste aujourd’hui plus de 12 millions de fumeurs réguliers en France. La France est à cet égard le 2ème pays avec la prévalence tabagique la plus élevée d’Europe selon l’étude Eurobarometer 2017, malgré l’une des réglementations les plus contraignantes et des prix parmi les plus élevés d’Europe continentale. 

« La question est donc : que fait-on pour les fumeurs adultes qui continueront de fumer quoi qu’il en soit ?

•• « Notre ambition chez Philip Morris International est de développer des alternatives moins toxiques que les cigarettes conventionnelles. Celles-ci s’adressent exclusivement aux fumeurs adultes et nous respectons scrupuleusement le cadre législatif en vigueur dans tous les pays où nous opérons.

« Nous menons nos recherches scientifiques selon les standards appliqués dans d’autres industries comme l’industrie pharmaceutique (Bonnes Pratiques de Laboratoire, Bonnes Pratiques Cliniques …). Notre méthodologie ainsi que les données brutes de nos études, pour ceux qui souhaitent les consulter ou les vérifier, sont mises à disposition sur le site www.internals.science. Enfin, nous nous attachons à toujours publier nos études dans des journaux à comité de lecture.

•• « Nous sommes parfaitement conscients que ces nouveaux produits soulèvent de nombreuses interrogations. Dans l’optique de fournir une information éclairée et objective aux fumeurs adultes, nous encourageons toute recherche ou étude sur le sujet et sommes ouverts à un dialogue qui s’appuie sur les données de la science et au débat constructif et contradictoire sur le sujet du tabac chauffé. »