Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Avr 2018 | Trafic
 

Ce jeudi 26 avril se tient, à Paris, la Conférence de Lutte contre le Financement de Daesh et d’Al-Qaïda.

Le Président de la République en avait lancé l’idée lors de son discours à la Conférence des Ambassadeurs d’août 2017. Emmanuel Macron, de retour de Washington, y interviendra pour un discours de conclusion, en présence de représentants de 70 pays et 20 organisations internationales.

Le sujet est d’importance.

•• À propos, le site en ligne EU Reporter fait état d’une récente conférence – organisée le 23 mars par l’OLAF / Office européen de Lutte Anti-Fraude (voir Lmdt des 20 janvier 2018 et 30 septembre 2016) et hébergée dans les locaux bruxellois de L’EESC (European Economic and Social Committee) – où le Commissaire européen au Budget, lui-même, l’allemand Günther Oettinger (photo), a indiqué qu’il ne fallait pas seulement limiter la contrebande du tabac aux problématiques de santé publique et de fiscalité.

Mais qu’il fallait considérer que la contrebande est devenue une source majeure de revenus pour le crime organisé. Et même, parfois … une source de financement du terrorisme.

•• Cependant, Mihai Ivascu (membre de l’EESC et directeur exécutif de la chambre de commerce de Roumanie) y a regretté que seulement 14 % des Européens voient le commerce illicite du tabac comme une source de financement pour le crime organisé.

•• Toujours lors de cette conférence, Margarete Hofmann (OLAF Policy Director) a mentionné que la Commission européenne envisageait d’inclure la contrebande du tabac dans la stratégie de contre-terrorisme, conduite par le Commissaire pour la Sécurité, Sir Julian King.

•• Alors que le représentant de l’ONG américaine « Counter Extremism Project » – spécialisée dans la lutte contre la propagation des idéologies radicales parmi les jeunes – a déclaré : « nous sommes d’accord avec les intervenants et voyons un lien direct entre contrebande de cigarettes et financement du terrorisme (…) Combattre le terrorisme et la radicalisation dans les écoles, les universités et sur le terrain est vital mais si nous n’attaquons pas le financement du terrorisme, nous n’ arrêterons  pas le fonctionnement des groupes extrémistes. »

•• Enfin, Nicolas Ilett (directeur général suppléant de l’OLAF) est intervenu sur la problématique des « marques blanches » / « cheap-whites » – ces cigarettes en vente sur le marché parallèle de pays où elles ne sont pas homologuées – partout en Europe (voir Lmdt des 19 mai 2017 et 13 juillet 2016).

2,5 millions de cigarettes « cheap-whites » ont été saisies par l’OLAF, l’année dernière, en Biélorussie. En une seule opération.

Selon lui, ce problème des « marques blanches » s’ajoute à celui de la suralimentation de certains marchés : « il existe des indications préoccupantes sur le fait que des produits fabriqués, en Algérie, pour le marché nord-africain, traversent la Méditerranée dans des volumes plus importants que ceux qui pourraient être justifiés. Il est clair que nous connaissons une croissance dans les ventes de produits provenant d’Afrique du Nord. »