Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Nov 2017 | Profession
 

Malgré de notables reprises médiatiques locales sur le sujet, la situation était encore bloquée, hier soir, entre les buralistes strasbourgeois et la CTS (Compagnie de Transports strasbourgeois).

Les premiers annonçant boycotter la vente des tickets de la seconde (voir Lmdt du 21 novembre). Celle-ci n’ayant pas encore – hier soir, du moins – accordé de rendez-vous à Patrice Soihier (président de la chambre syndicale des buralistes du Bas-Rhin).

Et la situation risque de s’envenimer alors que nous approchons de la date fatidique du 25 du mois, période de renouvellement des abonnements « Badgéo ».

•• Il faut bien comprendre que cette montée en pression des buralistes correspond à une lassitude devant un manque de dialogue élémentaire de la part de la CTS, à laquelle les buralistes demandent qu’elle appose des messages – sur les limites de quantités de tabac pouvant être ramenées d’Allemagne – dans les rames de la nouvelle ligne de tram reliant le centre de Strasbourg à Kehl, en passant le Rhin.

Fin mai dernier, les buralistes ont déjà bruyamment manifesté sur place (voir Lmdt du 27 mai).

Et en octobre dernier, une protestation avait été émise à l’adresse de la mairie de Strasbourg (voir Lmdt du 16 octobre).

•• Jusqu’à maintenant, la CTS s’est limitée à « transmettre le mistigri » à la Douane : « De telles décisions ne sont pas de notre ressort. Si les services douaniers nous demandent de faire de l’information ou veulent effectuer des contrôles, comme ils en faisaient déjà dans les bus qui desservaient Kehl auparavant, nous nous plierons à leurs décisions » (déclaration à DNA / voir Lmdt du 27 mai).

•• En tout cas, il sera intéressant de suivre comment les autorités, locales et nationales, vont réagir devant ce cas flagrant d’achats réguliers de tabac à la frontière. Et qui va empirer dans la perspective du paquet à 10 euros.

Car l’opinion publique locale en est bien persuadée : ce n’est pas sur les marchés de Noël alsaciens que l’on trouve actuellement du tabac moins cher que chez les buralistes. Mais à Kehl. Grâce au tram (voir Lmdt des 5 octobre et 18 septembre).