Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Juin 2017 | Observatoire
 

Initialement prévu le 6 juillet, le lancement d’Orange Bank –  la future banque mobile du groupe de télécoms (voir Lmdt du 25 avril) et potentiel concurrent du Compte Nickel des buralistes – est reporté à la rentrée, faute d’être « à la hauteur des standards » et exigences du groupe, a annoncé, ce jeudi 29 juin, le groupe.

•• Le dirigeant du groupe Orange Stéphane Richard « a décidé de prolonger et élargir la phase de test et de reporter le lancement d’Orange Bank auprès du grand public. Les tests menés avec des salariés depuis le mois de mai ne sont pas encore à la hauteur des standards et des critères d’excellence en termes de qualité et de fiabilité attendus par le groupe », est-il expliqué dans une déclaration.

Près de 2 000 collaborateurs de l’opérateur historique expérimentent ainsi depuis mi-mai l’application.

•• « Ce report s’inscrit dans une suite de reports, ce n’est pas le premier. Il est toutefois très surprenant que l’on se rende compte de problématiques suffisamment importantes dans cette phase de test finale », a commenté Luis Calleja, directeur associé chargé du secteur bancaire pour le cabinet de conseil Oresys.

Un autre expert, interrogé par l’AFP et souhaitant conserver l’anonymat, évoque « un projet mené à l’ancienne » où « l’on ouvre le paquet-cadeau, on le teste mais on n’a pas impliqué avant des utilisateurs dans les phases de conception puis on découvre au dernier moment les problèmes », une méthode « en contradiction avec une promesse d’innovation ».

•• Attendue depuis plus d’un an, cette « néo-banque » promet effectivement de bousculer les services bancaires traditionnels avec l’ouverture de compte dématérialisée, le paramétrage de son moyen de paiement ou son blocage en cas de perte ainsi que l’accueil en ligne par des conseillers virtuels.

Pour conquérir deux millions de clients en dix ans, Orange compte également frapper fort sur les tarifs : mise à disposition gratuite d’une carte de paiement ; absence de frais de tenue de compte si le moyen de paiement est utilisé au moins trois fois par mois. En outre, cette offre, disponible en ligne, bénéficiera du réseau de distribution Orange qui comptait 487 boutiques en France à fin 2016.

En matière d’objectifs financiers, Orange compte investir au total 500 millions sur dix ans et espère commencer à être rentable au bout de cinq ans d’activité.

•• L’arrivée d’Orange Bank viendra grossir les rangs des nouveaux opérateurs de banque mobile qui se sont multipliés ces derniers mois avec pour promesse de changer les usages bancaires.

Parmi ses futurs concurrents, le coffret C-Zam, lancé mi-avril par le géant de la distribution Carrefour, qui associe une carte bancaire internationale Mastercard et un compte en ligne sans découvert autorisé.

•• Ou encore … le Compte-Nickel des buralistes – dans lequel a récemment investi BNP Paribas (voir Lmdt des 4 et 14 avril) – qui propose l’ouverture d’un compte bancaire en ligne chez les buralistes et peut revendiquer plus de 540 000 comptes créés en trois ans.

Nickel est en mesure de conquérir, pour sa part, deux millions de clients d’ici à 2020.