Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Juin 2018 | Profession
 

La 15ème étape des « Journées de la Transformation #buralistes 2021 » (voir Lmdt des 8 et 6 juin ainsi que du 24 mai) est passée dans le Lot, ces lundi 11 et mardi 12 juin. Avec, déjà, une bonne répercussion médiatique.

« Le buraliste doit faire évoluer son métier … par exemple sur le vapotage » a plaidé Philippe Coy, (selon La Dépêche du Midi de ce 12 juin) accompagné notamment de Thierry Scheid, président des buralistes du Lot.

•• « On est parti à la conquête du terrain. L’objectif est d’embarquer le réseau car on a la nécessité impérieuse de sauvegarder nos fonds de commerce » a ajouté Philippe Coy entre visites de collègues de terrain, réunion à la Chambre de Commerce et d’Industrie ainsi qu’avec Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors.

•• « J’ai trouvé le territoire dynamique » a-t-il ajouté. Un message illustré par un reportage du Soir 3 de France 3 Occitanie chez deux buralistes ruraux.

 À Montjoire (1 300 habitants), le buraliste est un des deux seuls commerces du village. Il a décidé de multiplier les services proposés : bar, épicerie, agence bancaire, relais-poste, … « Avec la contrebande qui augmente de plus en plus, on est obligé de développer de plus en plus d’activités. En accumulant ses petites choses, on arrive à un chiffre d’affaires suffisant » assure le gérant.

Autre cas : dans un premier temps, Philippe Turmo a dû fermer, il y a quatre ans, son commerce (tabac et essence) à Villemur-sur-Tarn, faute de rentabilité. Il a vendu sa maison et a tout transformé. Dans un immense espace, il a ajouté à son ancienne activité :  bar, sandwiches, presse, dépôt de pain, vente de produits locaux et services. Le tout proposé 6 jours sur 7.

« À partir de 6 heures, vous pouvez acheter votre quotidien, des timbres, acquitter un timbre-amende, … en un seul endroit ». Les clients sont au rendez-vous et le chiffre d’affaire a doublé.