Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juil 2020 | Observatoire
 

Après le coup d’arrêt total, le secteur de la restauration affiche, en juin, un recul d’encore -43 % de son chiffre d’affaires, selon le cabinet Food Service Vision (par rapport à l’année dernière). 

Il était en mai de -61 %, et de -78 % en avril. Les ventes dans les lieux de restauration rapide ou en boulangerie se rapprochant de la normale, selon un article des Échos (10 juillet).

•• Bien sûr, le compte n’y est pas encore. Mais, parmi les Français qui, auparavant, consommaient plus d’une fois par mois hors domicile, les trois quarts sont retournés au restaurant ou ont pratiqué de la vente à emporter le mois dernier. Le secteur retrouve donc progressivement des couleurs à un rythme, semble-t-il, plus élevé qu’il l’anticipait.

La situation varie d’un type d’acteur à l’autre. « Dans les commerces de proximité comme les boulangeries, on assiste à un retour quasiment à la normale », constate le président fondateur de Food Service Vision, François Blouin. Ils ont retrouvé près de 90 % de leurs ventes.

•• Dans le même temps, la restauration commerciale, quasiment à l’arrêt en avril (-91 %), a réussi à remonter à -48 %. En Bretagne, dans les Pays de la Loire et en Nouvelle Aquitaine, les performances sont même bien supérieures. Alors que Paris et le Grand Est se montrent à la peine.

Les fast-foods et autres lieux de vente où manger rapidement sont les plus dynamiques, avec un repli limité à -18 %.

•• En phase de réamorçage, le service à table fait, lui, un peu mieux que la moyenne de son segment. « Les Français se sont d’abord montrés friands de restauration indépendante plus que d’établissements de chaîne. Ils ont pris plaisir à retrouver le restaurant où ils ont leurs habitudes, où ils connaissent bien les serveurs » observe François Blouin.