Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Jan 2019 | Observatoire
 

Il ouvrira de 6 mai prochain à Paris (quartier de la Madeleine, à deux pas de la Concorde) le nouveau concept centre-ville d’Ikéa (voir Lmdt du 15 avril). Soit 5 400 mètres carrés sur deux niveaux, l’offre sera la même mais les codes vont changer. 

Les meubles seront présentés dans des mises en place dépouillées, le client sera pris en main par un vendeur. L’entrée présentera des nouveautés, proposera des bancs pour s’asseoir. À proximité, un espace gourmand avec 150 places de restauration et une épicerie de spécialités suédoises.

•• Dans une interview aux Échos (édition papier 23 janvier) au lendemain de la présentation du projet, le Pdg d’Ikéa, Jesper Brodin, détaille sa stratégie (extraits).

« Comme tous les acteurs du commerce, nous n’avons d’autre choix que de nous réinventer. Nos clients ont toujours les mêmes besoins que nous devons satisfaire, mais ceux-ci s’inscrivent dans un contexte différent. Les gens migrent vers les villes, ils ont des espaces plus restreints, moins de temps et souvent pas de voiture. On doit repenser nos méthodes pour en tenir compte tout en restant fidèle aux principes du design démocratique sur lequel Ikea s’est construit depuis soixante-quinze ans. 

•• « Nous investissons à égalité dans les ouvertures de centre-ville, les grands formats et le numérique. Nous n’envisageons pas de céder une partie de nos grandes surfaces, ni de les reconvertir. Les enseignes de centre-ville et les ventes numériques ne viennent que compléter les « big boxes », qui restent le pilier de notre stratégie, pour former une offre complète.

•• « Selon les derniers chiffres, les ventes en ligne c’est presque 10 % de nos ventes, et plus de 15 % au Royaume-Uni. Atteindre de 15 % à 20 % au niveau global ne semble pas déraisonnable, mais je n’aime pas fixer d’objectif spécifique pour Internet. Il ne faut pas opposer ventes physiques et électroniques. Plus de la moitié de nos clients pratiquent les deux. »