Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Juin 2016 | Profession
 

France TabacLa filière française du tabac va mal. Et elle s’apprête à subir un nouveau coup (voir Lmdt des 30 avril 2015 et 28 mars 2014). France Tabac – la société regroupant les coopératives régionales de production de tabac – devrait annoncer un plan social avant l’été, en fonction des conclusions de l’audit organisationnel attendu le 17 juin.

• L’objectif est de diminuer la masse salariale en réduisant les effectifs de l’usine de Sarlat (Dordogne) et de revenir ainsi à des comptes positifs. Les 57 salariés, qui opèrent la première transformation des feuilles de tabac, ont d’ores et déjà montré leur mécontentement en débrayant les lundi 23 et mardi 24 mai.

En interne, on assure que « ce n’est pas un problème de marché, mais un problème de matière première », rapporte L’Usine Nouvelle.

« L’adaptation de l’outil et la réduction des volumes traités » mènerait donc à un quatrième plan de licenciement en 10 ans après ceux de 2007, 2011 et 2014. Depuis plusieurs années, la première transformation réalisée à Sarlat s’organisait de plus en plus en flux tendu.

• France-Tabac est le maillon de la chaîne qui semblait, pourtant, le plus résistant. Mais avec une production de 9 000 tonnes, les planteurs de tabac produisent moitié moins qu’en 2011.

En seulement cinq ans, plus de 2 000 producteurs ont jeté l’éponge. Le petit millier d’exploitation encore en activité réussissant néanmoins à dégager 34 millions d’euros de leur récolte.

« Ce chiffre des 9 000 tonnes est ridicule comparée aux 200 000 tonnes produites par an en Europe et au 5,5 millions de tonnes sur le plan mondial », regrette François Vedel, le directeur de la Fédération nationale des Producteurs de Tabac, toujours  dans L’Usine Nouvelle.