Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Sep 2019 | Observatoire
 

Alexandre Bompard – patron de Carrefour depuis deux ans – veut transformer … la grande distribution en testant de nouveaux concepts. Dans une interview à L’Express, il veut croire encore à l’avenir des …hypermarchés, en déclin depuis des années, testant de nouveaux concepts pour les « réenchanter ». Extraits.

« Rien n’est plus comme avant dans notre secteur. Deux mouvements de fond sont à l’œuvre : d’une part, une exigence de qualité alimentaire, une aspiration à une consommation plus raisonnée, plus éthique et responsable ; d’autre part, une demande d’une plus grande personnalisation dans le parcours client. 

« Apporter des réponses à ces attentes, c’est un défi extraordinaire pour une entreprise comme Carrefour. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes lancés dans une transformation profonde du groupe, avec une révision de notre offre et de nos circuits de distribution physiques et numériques …

•• « L’hypermarché reste central dans la consommation des Français, car il est la réponse pertinente aux contraintes de pouvoir d’achat.

« Mais l’« hyperchoix », l’uniformisation et le gigantisme des surfaces poussés à l’extrême, je n’y crois plus. L’hypermarché ne sera plus ce temple de la consommation de masse. Il doit évoluer vers plus de proximité et de services aux clients. Et faire la part belle aux circuits courts et aux producteurs locaux, aux métiers de la restauration et aux services liés au numérique. Autrement dit, l’hypermarché n’est pas mort, mais il faut le réformer et entreprendre des changements radicaux …

•• « En partant des attentes des clients, nous n’avons pas eu peur de nous attaquer à un certain nombre de tabous. D’abord, la taille de nos magasins : nous avons déjà supprimé 100 000 mètres carrés de surfaces commerciales. C’est la même chose pour les assortiments, parfois tellement fournis qu’ils perdent toute lisibilité : nous allons les réduire de 15 % d’ici à 2020.

« Ensuite, nous retirons des rayons les familles de produits non alimentaires pour lesquelles nous sommes moins pertinents. A l’inverse, nous avons décidé de donner davantage de place aux produits des marques Carrefour, porteurs de notre ambition sur la qualité alimentaire …

•• « Je ne crois pas à un modèle unique, applicable à l’ensemble de nos magasins, et je ne serai pas l’inventeur d’un tel concept. Chaque magasin doit être adapté à sa zone de chalandise. Dans certains territoires, les consommateurs recherchent une offre premium. À l’opposé, dans des zones plus populaires, il faut une promesse prix plus marquée, avec un assortiment réduit.

« Mais, attention, offre resserrée ne signifie pas absence de qualité. C’est d’ailleurs un des marqueurs de l’époque : tous nos clients ont la même exigence de qualité alimentaire. Y répondre, c’est notre raison d’être … ».