Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Nov 2018 | Observatoire
 

Auchan vient d’ouvrir son deuxième point de retrait de vente en ligne – « drive-piéton » – dans son fief de Lille. Faciles à implanter dans les grandes agglomérations, ces petits espaces séduisent aussi Carrefour, Leclerc et Intermarché.

Avec le « drive piéton », il n’est plus question de conduire, c’est bien en marchant que les consommateurs des centres-villes (sans voiture ou qui privilégient la proximité) vont récupérer leurs achats passés sur le site marchand.

•• Auchan a été pionnier avec un premier Auchandirect ouvert en avril 2014 à Paris. Cette fois, c’est dans son fief lillois qu’il a inauguré, la semaine dernière, un Auchan drive, ouvert de 9 heures à 21 heures. L’offre est celle du drive de l’hypermarché d’Englos (métropole lilloise) : quelque 10 000 références.

Si les prix sont plus élevés que ceux du drive ou de l’hyper, ils se veulent en revanche de cinq à dix points inférieurs aux commerces de proximité de la rue. « Nous ciblons non seulement le jeune actif réticent à prendre sa voiture, mais tous les gens qui vivent dans un rayon de 500 mètres, soit près de 10 000 personnes », explique le directeur d’Auchan Englos, Johan Plé.

« C’est une nouvelle manière de faire ses courses ».  On peut également se faire livrer, au drive piéton, des produits frais et traiteur ou acheter des billets de spectacle. Un point poste s’y installera en fin d’année.

•• Non loin de là, le drive piéton Leclerc, ouvert lui en avril 2017, à l’entrée du Vieux Lille.

Thierry Pocher, l’adhérent Leclerc à l’origine de cet espace de 50 mètres carrés qui faisait lui aussi office de test pour l’enseigne, dit recevoir entre 150 à 200 commandes par jour, pour un panier moyen de 40 euros et un chiffre d’affaires de 1,2 million l’an dernier. Des services de conciergerie (pressing et relais colis) y sont également proposés.

Avec un deuxième point de retrait, ouvert en avril dernier près de la gare de Lille, l’enseigne, qui compte trois hypermarchés dans la métropole nordiste, estime avoir quelque 2 000 foyers clients. « On s’adapte au mode de vie des urbains », analyse Thomas Pocher qui voit là « un moyen de conquérir les quadras sans voiture qui ne veulent plus se rendre dans un hyper ».

Contrairement à Auchan, les prix de ces « drives piéton » sont alignés sur ceux des hypers, soit « 30 à 40 % moins cher que ses concurrents de proximité où l’offre est six à sept fois moins importante ».

Une fois ce modèle validé, d’autres adhérents Leclerc vont le décliner à Reims, Caen, Aurillac, Meaux, Rennes, Montpellier, Bordeaux et Paris en fin d’année, en complément du service de livraison Leclerchezmoi (voir Lmdt du 7 février).

•• D’autres enseignes, comme Cora ou Super U (à Lyon également) testent ce système de leurs côtés.

•• Intermarché suit le même chemin avec un premier drive piéton à Paris, dans le quartier Saint-Michel, ouvert en octobre. Un deuxième test sera mené non loin dans un Intermarché Express de 350 mètres carrés qui élargira son offre grâce au click and collect, ce que le président d’Intermarché, Thierry Cotillard, appelle un « point de vente augmenté ».

•• Carrefour, qui ne manque pas de supermarchés de proximité, les renforce aussi avec des « drives piéton » soit isolés (dans les quartiers Alésia et Parmentier à Paris), soit dans des magasins existants. Le groupe compte 22 drive piétons (11 à Paris et 11 dans la région lyonnaise). Pour Carrefour, l’objectif est d’apporter les prix des hyper-marchés au plus près des urbains.