Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Mar 2021 | Observatoire
 

Amazon a vécu un exercice compliqué en France en 2020. Contrairement à ce que l’on pense. 

Selon LSA qui s’appuie sur des informations du panéliste Kantar, sa part – sur le marché des achats en ligne – accuse un recul de 3 points en France sur l’exercice 2020. Celle-ci est estimée en valeur à 19% en 2020 contre 22% l’année précédente. 

Et si on élargit le périmètre en incluant les sites web des grandes surfaces alimentaires, la part de marché d’Amazon tombe alors à 16 % en 2020 contre 19 %.

•• En fait, Kantar estime le volume d’affaires français d’Amazon à 8,2 milliards d’euros l’an dernier, soit une croissance de 7 % dans un marché qui progresse de 24 % (à 43,3 milliards d’euros). La croissance des dépenses des Français chez Amazon a donc été positive mais moins rapide que la croissance des dépenses totale en ligne.

•• On avance plusieurs raisons à ce recul de celui qui reste le leader du commerce en ligne dans l’Hexagone:

  l’« Amazon bashing » qui a gonflé lors de la seconde partie de l’année en France. Ce qui explique la baisse de la pénétration d’Amazon d’ 1 point (nombre d’acheteurs sur le site) ;

les problèmes logistiques et sociaux rencontrés par la firme de Seattle dans l’Hexagone en 2020 ;

S’y ajoute, selon Kantar, une mutation des habitudes de consommation en ligne avec l’augmentation du nombre moyen de sites sur lesquels les Français ont fait des achats en 2020, soit 6,1 sites utilisés.

 Enfin, le géant américain a dû subir la concurrence et la forte dynamique des « click & mortars » (entreprises proposant des ventes combinées physique/ en ligne) qui ont priorisé leurs sites web alors que leurs magasins étaient temporairement fermés.