Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Mar 2019 | Observatoire
 

Casino, Carrefour et Auchan multiplient les tests de magasins ouverts en continu : des points de vente sans personnel. Derrière ces expériences, l’enjeu de l’amplitude des horaires dans un contexte de consommation atone (voir Lmdt du 30 janvier). 

Casino a commencé des tests l’an passé, dans plusieurs Franprix. Carrefour a lancé, début février, une première expérience dans le City de l’École militaire, au cœur de Paris. Auchan a importé de Chine sa boîte « Auchan Minute », mise à l’essai au siège d’Auchan retail France, à Villeneuve d’Ascq.

•• Le 24h sur 24 s’inscrit dans la logique des pressions pour l’ouverture des magasins en soirée (jusqu’à 21 heures au plus tôt et 23 heures au mieux) et le dimanche.

La réglementation du commerce ne permettant pas l’emploi de salariés la nuit, les supermarchés nocturnes sont donc vides de personnel, à l’exception de quelques vigiles employés par des prestataires extérieurs.

•• Chez Casino, le client scanne lui-même ses articles à une caisse automatique. « Nous avons organisé un centre d’appel en plusieurs langues pour la résolution des problèmes, en cas de blocage. Il y a de nombreux touristes étrangers à Paris ». Le rayon des vins et alcools est verrouillé par un rideau de fer. Les boucheries et les poissonneries ne fonctionnent pas, non plus.

Carrefour utilise les mêmes recettes que son concurrent.

•• Les deux distributeurs ne généraliseront pas l’ouverture 24h sur 24.

Le groupe Casino a passé le cap du test et, fin 2018, a étendu la formule à un Supermarché Casino à Lyon.

Le test Carrefour s’achèvera dans deux mois. Alexandre de Palmas, directeur de la proximité, envisage le déploiement de la formule dans quelques magasins à Paris et dans les autres grandes villes. « On peut imaginer, comme c’est le cas pour des pharmacies, qu’il existe dans les grandes agglomérations un Carrefour ouvert en continu », explique-t-il aux Échos.

•• Chez Franprix, on note que le pic des ventes se situe entre 21 heures et minuit. Au-delà, l’activité s’apparente à du dépannage à destination de travailleurs de la nuit, comme les chauffeurs de taxi, ou de noctambules.

À l’École militaire, Carrefour pointe environ 1 000 clients entre 23 heures et 7 heures du matin. « La praticité est la première demande des clients à l’égard des magasins de proximité », rappelle Alexandre de Palmas.

•• En réalité, les solutions mises en place pour le 24/24 servent à autre chose.

D’abord, elles permettent des horaires étendus jusqu’à minuit, par exemple. Elles permettent surtout d’ouvrir le dimanche après-midi, la loi limitant à 13 heures l’ouverture dominicale des magasins à dominante alimentaire.

En fait aussi bien chez Carrefour que Casino, la formule 24/24 devrait surtout concerner les fins de semaine, dès le jeudi soir, et la belle saison quand les gens sortent plus volontiers.

Chez Casino, on annonce que Nice et Montpellier bénéficieront bientôt des horaires étendus dans certains points de vente. Idem pour quelques Monoprix à Paris, jusqu’à 23 heures. Les dirigeants de Carrefour sont eux persuadés de convaincre un grand nombre de leurs franchisés grâce aux solutions techniques du 24/24.