Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Juin 2018 | Observatoire
 

Le « drugstore » : un terme courant de la vie américaine qui sert à designer de populaires magasins de proximité où l’on retrouve produits pharmaceutiques, journaux, tabac (de moins en moins) et toute une offre de proximité (voir Lmdt des 1er novembre et 9 février 2014). 

Le « drugstore » : ces magasins de proximité haut de gamme, où l’on peut même se restaurer, mis en place par Publicis en certains lieux prestigieux de la capitale dans les années 60 et 70. Il subsiste le drugstore Publicis du haut des Champs-Élysées et sa remarquable cave à cigares (et autres : boulangerie, traiteur, presse-librairie, cadeaux, etc.).

•• Le « drugstore du quotidien des Français » : c’est ainsi que Philippe Coy préfigure le buraliste de demain, à l’issue du processus de transformation du réseau qu’il lance actuellement (voir Lmdt des 7 juin et 4 mars 2018).

•• De leur côté, L’Oréal et Casino se sont associés pour lancer un nouveau concept de  magasins – dédiés à la beauté ainsi qu’au bien-être des « urbains » – et  baptisés « le drugstore parisien ». Les deux premiers ont été ouverts au public, ce samedi, à Paris.

Sur deux étages, l’une de ces deux boutiques, située dans le quartier des Grands Magasins, propose une large offre de produits de beauté, cosmétiques et articles de parapharmacie. Mais aussi des snacks et boissons ainsi que des services : cireuse à chaussures, pressing, bornes de recharge pour mobiles ou point relais.

•• À travers leur collaboration, L’Oréal et le groupe Casino, via son enseigne Franprix, entendent « repenser totalement l’offre beauté et bien-être » avec ce concept de « drugstore parisien à destination des urbains ».

« C’est inédit et inattendu, c’est quelque chose qui n’existait pas, ouvert jusqu’à minuit », a résumé à l’AFP – lors de l’inauguration à la presse ce vendredi 22 juin, Cécile Guillou – directrice générale adjointe de Franprix et également directrice générale de ce « drugstore ».

•• Aux côtés des traditionnels rayonnages exposant articles de maquillage, crèmes hydratantes ou shampoings, des colonnes de distributeurs proposent pêle-mêle déodorants, préservatifs, kits de couture de secours, lingettes et barres de céréales.

« Nous répondons aux attentes nouvelles des consommateurs des métropoles. Ce partenariat montre que les grandes entreprises savent aussi se rencontrer, inventer et créer des lieux uniques et inédits, alliés du style de vie des nouveaux urbains » a commenté Jean-Charles Naouri, président du groupe Casino, cité dans le communiqué commun publié vendredi.

De son côté, Jean-Paul Agon, PDG du groupe L’Oréal, évoque « une nouvelle expérience beauté pour les consommateurs en France » et juge que le « drugstore » permet de « redynamiser le développement d’une offre à l’avant-garde des nouvelles tendances de consommation en matière de beauté ».