Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Sep 2018 | Observatoire
 

Plus pointu qu’une grande surface, plus ludique qu’une pharmacie et plus accessible qu’une parfumerie … Le Figaro (30 août) est revenu sur le nouveau concept store de L’Oréal et Casino « Le Drugstore parisien » (voir Lmdt du 24 juin) qui a ouvert ses portes en juin, rue de la Chaussée d’Antin (9e) et 122 rue du Bac (6e).

•• Les vitrines décomplexées annoncent la couleur, il faut bien rajeunir le ton du magasin de proximité : vous trouverez ici des « cas pote … » et des « temps pont… ». Des squishies pour les petits (figurines molles venues du Japon que les enfants s’arrachent dans les cours de récréation), des snacks et des cahiers, des centaines de produits de maquillage pour les jeunes femmes, des articles pour la maison (bougie, bricolage, etc.), une sélection de soins pour la barbe … Au total 300 marques et 4 500 produits sont présentées comme sur un gigantesque site Internet, tout y est rangé par familles (homme, voyage, fiesta, etc.), stocké dans des distributeurs automatiques, agrémenté d’étiquettes colorées, de conseils pratiques, de jeux de mots (encore).

•• On trouve évidemment des marques du géant français de la beauté (L’Oréal Paris, Sanoflore, NYX…) mais aussi des labels indépendants comme les capillaires Ogx, le maquillage The Balm, les soins pour homme Big Moustache. Les articles, vendus en libre-service, coûtent pour la plupart moins de 5 euros, et les caisses sont automatiques. Un drugstore 2.0 … mais pas seulement …

•• Le concept store n’ambitionne rien de moins que de révolutionner l’acte de consommation beauté et bien-être dans la capitale. « Nous avons conçu un commerce d’opportunité plus que de proximité, en voulant répondre à tous les inattendus de la vie des métropolitains » a pointé Cécile Guillou, directrice générale adjointe de Franprix, lors de l’inauguration des deux magasins.

•• Mais la nouveauté principale du Drugstore parisien réside dans son offre de services. Des soins de beauté flash le matin, un maquillage express à midi, une manucure le soir, une coupe de la barbe sans rendez-vous, le tout 7 jours sur 7 de 10 heures à minuit (et le dimanche de 11 heures à 20 heures).

L’été a également permis de roder des services high-tech et inattendus puisque l’on trouve, ici, des bornes de recharge pour téléphone portable, le Wi-Fi gratuit, des toilettes publiques (pour se changer ou se remaquiller), une cireuse à chaussures, des jeux de cartes et une conciergerie, avec possibilité de déposer son pressing ou son trousseau de clés pour un échange Airbnb.

•• Le « Drugstore parisien » annonce-t-il le convenience store du futur ? Casino et L’Oréal insistent sur l’évolution des comportements et du quotidien des jeunes citadins, qui transforme l’usage de l’espace et du temps.

Si une troisième adresse est déjà prévue dans la capitale, le concept pourrait vite, s’il fonctionne, se dupliquer en province et à l’étranger.