Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Jan 2019 | Observatoire
 

La Poste vient d’opérer une transformation majeure de sa vitrine commerciale sur Internet.

Mise en ligne à la fin de la semaine dernière, la nouvelle version de la poste.fr – qui compte déjà 18 millions de visiteurs uniques par mois – ambitionne de gagner de nouveaux clients en jouant la carte de la simplification de l’accès à ses services.

Il y a encore 5 ans, le groupe public comptait pas moins de 80 sites Internet, dont une douzaine de sites marchands. Vente de timbres en ligne, envoi de colis, réexpédition du courrier … chaque activité avait négocié le virage d’Internet dans son coin. En 2014, Philippe Wahl, le Pdg, avait décidé de simplifier le dispositif avec la mise en place d’un site unique. Celui-là a vu le jour après plus d’un an d’efforts, mais il restait dans une logique de portail.

La nouvelle version franchit un autre palier, en multipliant les efforts d’accessibilité en direction des clients. « Nous sommes passés à un site marchand, et qui assume de l’être », résume Sylvie Latour, directrice du e-commerce de la branche numérique, dans Les Échos (édition papier 28 janvier).

•• Cette volonté de simplification est illustrée par la principale innovation du site, une aide à l’affranchissement de colis « unique en Europe », avance le groupe postal.

« Bouteille, chaussures, vêtements, DVD … nous avons pris la liste des 100 objets les plus fréquemment envoyés, et nous les avons tous pesés », explique Sylvie Latour, « du coup, les clients n’ont plus à le faire : il leur suffit de cliquer sur l’icône correspondant au produit pour voir s’afficher les différents tarifs possibles. »

Une fois le choix fait et l’adresse renseignée, le client n’a plus qu’à imprimer les timbres ou des étiquettes Colissimo sur une feuille A4, et à les coller sur son paquet. Et s’il ne dispose pas d’un emballage, il peut en commander un à La Poste, celui-là arrivera déjà affranchi avec l’adresse pré-remplie.

•• Ces innovations visent à accompagner le développement du e-commerce, et plus particulièrement des échanges ou ventes entre particuliers par le biais de plates-formes comme le boncoin.fr, dont nombre de clients jugent trop complexes les envois par La Poste.

•• Le nouveau site doit également donner une meilleure visibilité aux produits qui assurent déjà l’essentiel de l’activité aujourd’hui :  comme l’impression de timbres en lignes (44 millions de timbres imprimés en ligne) ; mais seuls 6 % des Français connaissent cette possibilité. Pour 200 millions d’euros de chiffre d’affaires.

L’objectif est de porter le chiffre d’affaires du site à 300 millions en 2021, puis 500 millions en 2022. La nouvelle version pour smartphone, qui doit être lancée en mars, doit y contribuer grandement : celle du site actuel a été lancée il y a un an à peine, et elle pèse déjà 30 % de l’audience.

•• D’autres projets sont déjà dans les tuyaux : « nous comptons créer, courant 2019, une plate-forme d’expédition qui regroupera sur un seul site, en plus de nos services, l’achat d’emballage, de ruban adhésif ou d’une imprimante » indique Sylvie Latour, « et mi-2020, nous lancerons un service complémentaire pour l’envoi d’objets volumineux »