Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Juil 2019 | Observatoire
 

Un peu plus de six ans après son lancement à Londres, la plate-forme de livraison de plats Deliveroo accélère sa diversification, en annonçant un service d’approvisionnement alimentaire réservé aux indépendants. 

Après une phase de tests au Royaume-Uni et en France, cette nouvelle activité est désormais déployée dans ces deux pays, mais aussi, d’ici à la fin de l’année, en Espagne et aux Émirats Arabes Unis.

•• En France, Deliveroo compte œuvrer pour 5 000 restaurants indépendants, au total, d’ici à la fin de l’année. La plateforme leur promet une économie d’au moins 20 % par rapport à leurs achats actuels. « Nous avons négocié des prix sur des centaines de produits avec des fournisseurs partenaires de Rungis », explique la direction France de Deliveroo, selon Les Échos.

Sur le plan opérationnel, la société s’appuie sur une équipe centrale d’acheteurs, basée à Londres, et des personnels dans les pays concernés : soit deux personnes à Paris.

•• En filigrane, Deliveroo vient chasser sur les terres des grossistes comme le groupe Métro, actif en France depuis 1971, Promocash, Pomona ou Brake, un opérateur d’origine britannique contrôlé par l’américain Sysco.

« Je demande à voir car les vrais restaurateurs sont en général fidèles à leurs fournisseur », observe, toutefois, un connaisseur des indépendants français.

•• Au-delà de cette activité, la direction de Deliveroo démontre aussi son souci de faire évoluer son modèle économique avec la constitution d’une panoplie de services. Sa direction France rappelle qu’outre-Manche, Deliveroo propose aussi de l’électricité à prix négocié et du placement de personnels de restauration, à travers des partenariats.

L’évolution de son modèle intervient aussi à l’heure où le statut de ses livreurs est toujours sujet à controverse.